L'Arizona ne pourra mettre en application les sections les plus controversées de sa nouvelle loi sur l'immigration qui entrera en vigueur demain. Ainsi en a décidé la juge fédérale de Phoenix Susan Bolton, donnant une grande victoire aux opposants de cette mesure. L'injonction préliminaire de la juge pourrait devenir permanente lorsque celle-ci se prononcera sur la constitutionnalité de la loi adoptée en avril.

Richard Hétu

Dans une décision de 36 pages, la magistrate a notamment estimé que la disposition la plus explosive de la loi mènerait à coup sûr à la détention prolongée non seulement d'étrangers mais également de citoyens. Cette disposition exige qu'un policier essaie de déterminer le statut migratoire d'une personne contrôlée ou arrêtée s'il soupçonne que cette personne est illégalement aux États-Unis.

La loi de l'Arizona fait l'objet de sept plaintes, dont l'une du gouvernement américain. La plupart des plaignants estiment que la mesure légalise de fait le délit de faciès. Le ministère de la Justice américain ne soulève pas la question de la discrimination, se contentant de faire valoir que la politique d'immigration est de la compétence exclusive du gouvernement fédéral.

(Photo Reuters)