Les dirigeants israéliens ont réagi avec chaleur aux propos tenus en août par Fidel Castro lors d'une entrevue accordée au journaliste de l'hebdomadaire The Atlantic Jeffrey Goldberg, comme le rappelle le journaliste du site Politico Ben Smith dans cet article. L'ancien dictateur cubain avait critiqué le négationnisme du président iranien Mahmoud Ahmadinejad et défendu le peuple juif, historiquement «bien plus calomnié que les musulmans», ainsi que le droit d'Israël à exister.

Richard Hétu

Le président israélien Shimon Peres avait envoyé à Castro une lettre personnelle le remerciant de ses déclarations. De son côté, le premier ministre israélien Benjamin Netahyahu avait salué la «compréhension profonde» de l'ex-révolutionnaire.

Or, comme le souligne Smith dans son article, la représentante républicaine de Floride Ileana Ros-Lehtinen (photo), qui deviendra en janvier présidente de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, n'a pas apprécié les hosannas des dirigeants israéliens, et le leur a fait savoir.

Résultat : le premier ministre Netanyahu s'est vite excusé auprès de l'exilée cubaine et farouche adversaire des Castro lors d'un appel téléphonique.

(Photo Reuters)