À quelques heures d'un débat télévisé entre les aspirants républicains à la Maison-Blanche, le USA Today publie un autre sondage confirmant l'avance de Mitt Romney sur ses adversaires dans la course à l'investiture de son parti. Mais l'ancien gouverneur du Massachusetts ne devrait peut-être pas se réjouir trop vite.

Richard Hétu

Selon ce billet signé par le chroniqueur conservateur John Podhoretz, Romney se retrouve aujourd'hui dans la même position que Rudolph Giuliani à la même date il y a quatre ans: son avance, qui repose en partie sur sa renommée, ne tardera pas à se dissiper. D'autant plus qu'il devra défendre une réforme du système de santé, celle du Massachusetts, qui est indéfendable aux yeux de plusieurs républicains selon Podhoretz.

Il ne faut cependant pas chercher loin pour trouver un autre son de cloche. Le journal Politico publie en effet un article aujourd'hui faisant valoir que Romney est en fait sous-estimé. Les mauvaises nouvelles économiques auraient notamment contribué à solidifier le statut de meneur de l'ex-homme d'affaires, qui exploite d'ailleurs un commentaire récent de Barack Obama sur les derniers chiffres de l'emploi dans une pub publiée aujourd'hui sur sa page Facebook :