Richard Hétu

Hillary Clinton a tenté de désamorcer la controverse politique soulevée par l'attaque du consulat américain de Benghazi lors d'une entrevue accordée à CNN ce soir à Lima, au Pérou. «J'assume la responsabilité», a déclaré la secrétaire d'État en faisant référence à la sécurité autour du consulat avant la mort de quatre Américains dont l'ambassadeur des États-Unis en Libye, Christopher Stevens.

Clinton a précisé que Barack Obama et Joe Biden n'avaient joué aucun rôle dans les décisions du département d'État concernant la sécurité des missions américaines en Libye. Les républicains, y compris Mitt Romney et Paul Ryan, accusent la Maison-Blanche d'avoir négligé la sécurité des diplomates américains en Libye et d'avoir menti sur les circonstances qui ont mené à l'assaut contre le consulat.

Dans un éditorial publié aujourd'hui, le New York Times rappelle de son côté que plusieurs des critiques républicains de l'administration Obama sont les mêmes qui ont réduit de près d'un demi milliard de dollars le budget consacré par le département d'État à la sécurité de ses missions étrangères.