S'il faut se fier aux médias américains, la Maison-Blanche serait prête à remonter de 250 000$ à 450 000$ de revenus annuels le plancher au-dessus duquel le taux d'imposition des ménages augmenterait dans le cadre d'un accord pour éviter le «mur budgétaire». Faute d'un accord, une cure d'austérité forcée entrera en vigueur à minuit.

Richard Hétu

Certains commentateurs progressistes, dont Jonathan Chait, voient un tel accord comme une capitulation de la part de Barack Obama. Après tout, rappellent-ils, le président n'a-t-il pas promis aux Américains, avant et après l'élection du 6 novembre, d'augmenter les impôts des ménages gagnant 250 000$ et plus par année?

Greg Sargent explique dans ce billet la position de la Maison-Blanche. J'en cite un extrait dans le texte :

And so, the idea is that it's better to lock in a deal on rates now, at, say, $450,000, extend unemployment benefits, and pocket those gains and continue the fight next year. Raising the income threshold is obviously not desirable, but Dems will have broken the decades-long GOP opposition to raising tax rates on the rich, pocketed hundreds of billions in revenues, made the tax code more progressive, and extended unemployment benefits - all without agreeing to any spending cuts yet.

Barack Obama doit faire le point sur un accord éventuel à 13h30.