Richard Hétu

Sa décision de ne pas solliciter un cinquième mandat à la Chambre des représentants en 2014 n'a rien à voir avec ses chances incertaines d'être réélue ou les questions soulevées par le financement de sa campagne à la présidence en 2012. C'est du moins ce qu'a déclaré la républicaine du Minnesota Michele Bachmann dans une vidéo diffusée sur son site internet.

L'égérie du Tea Party, connue pour ses déclarations à l'emporte-pièce, avait été réélue en novembre 2012 par une majorité de 4 200 voix sur 360 000 contre un hôtelier, Jim Graves, qui ne disposait pas de ses moyens financiers et qui compte se présenter de nouveau en 2014. Le bureau d'éthique du Congrès examine les allégations d'un de ses anciens conseillers selon lesquelles Bachmann aurait détourné vers sa campagne présidentielle des fonds récoltés par un comité d'action politique relié au Congrès.

Dans sa vidéo, Bachmann n'écarte pas la possibilité d'effectuer un retour en politique «si cela peut aider et protéger notre grande nation pour les générations futures». Elle critique longuement la politique étrangère de Barack Obama, laissant croire qu'elle pourrait de nouveau briguer la Maison-Blanche. Elle s'était retirée de la course à l'investiture républicaine de 2012 après avoir terminé cinquième lors des caucus d'Iowa, un État où elle avait mené une campagne intense.

Bachmann avait cru en ces chances après avoir remporté un scrutin de paille dans cet État rural du Midwest à l'été 2011.

Selon cette analyse de Reid Wilson, du National Journal, le départ de Bachmann enlèvera une épine au pied du Parti républicain et privera le Parti démocrate d'une bonne raison pour solliciter des fonds auprès de ses militants et partisans.