L'administration Obama s'inspirera peut-être du précédent du Kosovo pour justifier une action militaire contre la Syrie mais celle-ci n'aura pas la durée de son modèle, s'il faut se fier à cet article publié aujourd'hui dans le Washington Post.

Richard Hétu

Le quotidien croit en effet savoir que les frappes militaires américaines sur la Syrie ne dureront pas plus de deux jours. Ces frappes consisteront en des tirs de missiles de croisière ou des bombes larguées par des bombardiers stratégiques. Elles cibleront des installations militaires syriennes et ne viseront pas à déloger Bachar al-Assad ou à détruire les dépôts d'armes chimiques de son régime, selon le Post.

Le journal précise qu'un rapport du renseignement américain démontrant la responsabilité de Damas dans l'assaut chimique de la semaine dernière doit être complété avant que des frappes militaires ne commencent. L'administration Obama doit également compléter ses consultations avec ses alliés et le Congrès et conclure sa définition du cadre légal de son intervention.

La campagne aérienne américaine de 1999 contre la Serbie avait duré 78 jours.