S'il n'en tient qu'au Parti démocrate, la hausse du salaire minimum fédéral sera l'un des principaux enjeux des élections de mi-mandat de novembre 2014.

Publié le 30 déc. 2013
Richard Hétu

Selon cet article du New York Times, les démocrates croient pouvoir mettre les républicains sur la défensive en faisant campagne sur ce thème fédérateur. Un sondage récent indique qu'une majorité d'électeurs indépendants et républicains se disent favorables à une augmentation du salaire minimum fédéral.

Les démocrates veulent faire passer ce salaire de 7,25$ l'heure à 10,10$ l'heure d'ici 2015. Le monde des affaires et ses alliés républicains s'y opposeront probablement, faisant valoir qu'une telle mesure pourrait compromettre la reprise économique aux États-Unis.

La question du salaire minimum rejoint la préoccupation exprimée récemment par Barack Obama face aux inégalités. Début décembre, le 44e président a en effet lancé un nouveau plaidoyer en faveur de la réduction de ces inégalités, histoire de contrer trois décennies d'évolution «dangereuse» dans la répartition des richesses aux États-Unis.

Ce cheval de bataille pourrait en outre permettre au parti d'Obama de mobiliser des électeurs qui n'ont pas l'habitude de voter à l'occasion des électeurs de mi-mandat. Dans certains États, les démocrates tenteront notamment d'organiser des référendums sur la hausse du salaire minimum local qui coïncideront avec les élections de mi-mandat.