Publié le 22 avr. 2014
Richard Hétu

Les nouvelles les plus récentes sont plutôt bonnes pour l'Obamacare. La semaine dernière, le Bureau du budget du Congrès, un organisme indépendant, a estimé que la réforme de la santé coûtera moins cher et couvrira plus de personnes que prévu.

À la fin de la même semaine, Barack Obama a révisé à la hausse le nombre d'Américains qui ont souscrit une assurance-maladie au cours de la première période d'inscription à l'Obamacare (ils sont huit millions à l'avoir fait, soit un million de plus que prévu).

Le président a profité de cette annonce pour encourager les démocrates à défendre avec vigueur la réforme et à en être fiers.

La représentante de Pennsylvanie Allyson Schwartz a reçu le message, comme on peut le constater dans la pub qui coiffe ce billet. Candidate à l'investiture démocrate pour l'élection au poste de gouverneur de son État, elle se félicite de son appui à l'Obamacare, dont elle vante les mérites, et reproche au gouverneur républicain sortant, Tom Corbett, son refus de participer au volet de la loi qui vise à étendre la couverture du programme d'assurance-maladie Medicaid à des millions d'Américains à faibles revenus.

La sénatrice sortante de Louisiane Mary Landrieu est également au nombre des démocrates qui font campagne en 2014 en reprochant aux républicains de son État leur refus d'accepter l'extension de Medicaid.

Les démocrates sont-ils en train de réaliser qu'ils gagnent à passer à l'attaque sur la santé plutôt qu'à tourner le dos à leur réforme pour éviter les critiques républicaines?

À suivre...