Un policier blanc de St-Louis qui travaillait pour une entreprise de sécurité privée après ses heures de service a abattu un jeune Afro-Américain de 18 ans hier soir, provoquant des manifestations dans cette ville voisine de Ferguson où, il y a deux mois jour pour jour, un autre adolescent noir, Michael Brown, était tué par un autre policier blanc.

Publié le 9 oct. 2014
Richard Hétu

Selon le chef de police de St-Louis Samuel Dotson, l'agent de 32 ans a ouvert le feu 17 fois en direction de Vonderrit Myers après que celui-ci eut tiré au moins trois coups de feu dans sa direction. Dotson a ajouté qu'un pistolet Ruger a été récupéré sur les lieux de la fusillade et que Myers était connu de la police.

Avant l'échange de coups de feu, Myers avait pris la fuite après avoir vu le policier s'approcher de lui et de deux de ses amis, selon Dotson. La fusillade a éclaté après que le policier eut rejoint l'adolescent.

Le policier, qui n'a pas été identifié, n'a pas été blessé. La police n'a pas indiqué combien de fois Myers avait été atteint.

La version de Dotson a été contredite par la famille de Myers, qui affirme que celui-ci n'était pas armé. «Il tenait un sandwich dans sa main, et ils ont cru que c'était un revolver. C'est l'histoire de Mike Brown qui se répète», a déclaré une cousine.

Selon cet article du St. Louis Post-Dispatch, le gérant d'un marché d'alimentation situé près des lieux de l'incident a affirmé avoir vendu un sandwich à la dinde et une boisson gazeuse à Myers, qu'il connaissait, dix minutes avant la fusillade. Il a ajouté qu'il ne croyait pas que le jeune homme ait été en possession d'une arme à feu.

Selon son avocat, Myers portait un bracelet électronique à la cheville comme condition à sa remise en liberté dans une affaire de possession illégale d'une arme à feu.