Après avoir survécu au tsunami de 2004 dans l'océan indien en s'accrochant à un palmier, le mannequin tchèque Petra Nemcova a créé la fondation Happy Hearts dédiée à la construction d'écoles dans les zones affectées.

Publié le 29 mai 2015
Richard Hétu

En juin 2014, Nemcova a organisé le souper-bénéfice de sa fondation dans un chic restaurant de Manhattan et présenté à Bill Clinton un prix d'excellence pour l'ensemble de ses réalisation, lors de la même soirée.

Or, selon cet article du New York Times, l'ancien président a accepté de recevoir ce prix seulement après que la fondation Happy Hearts a offert de verser 500 000$ à la Fondation Bill, Hillary et Chelsea Clinton. Jusque-là, il avait refusé l'invitation du mannequin, selon un ancien responsable de la fondation Happy Hearts.

Le montant versé à la fondation des Clinton représente un quart de la somme d'argent amassé lors du souper-bénéfice ou 10 nouvelles écoles en Indonésie.

C'est donc dire que les gens qui ont fait des donations à la fondation Happy Hearts en croyant aider une petite organisation philanthropique à construire des écoles ont contribué au financement d'une fondation 100 fois plus riche, et ce, sans savoir où leur argent aboutirait.

La fondation Clinton a défendu le 42e président en précisant que les 500 000$ serviront diverses causes caritatives en Haïti. Mais cette histoire suscite des questions éthiques qui ne semblent grandir ni Bill Clinton ni Petra Nemcova. Quand celle-ci a donné le feu vert au don à la Fondation Clinton pour s'assurer de la présence de l'ancien président, pensait-elle à ses écoles - elle en a financé plus de 110 - ou à son image?