Publié le 15 juill. 2015
Richard Hétu

«Il n'y a en réalité que deux alternatives: soit la voie diplomatique, soit la force, c'est-à-dire la guerre», a déclaré Barack Obama au cours d'une conférence de presse à la Maison-Blanche, où il a défendu vigoureusement l'accord sur le nucléaire iranien et mis au défi ceux qui s'y opposent - en Israël et au Congrès américain - de proposer une solution pour empêcher Téhéran d'obtenir l'arme nucléaire.

Le président a également retenu l'attention en répondant à une question sur Bill Cosby. Après avoir déclaré qu'il n'existait pas de mécanisme pour révoquer la médaille présidentielle de la Liberté octroyée par George W. Bush au comédien en 2002, il a donné son opinion sur la nature des agissements attribués par plusieurs femmes à Cosby, tout en se gardant de dire s'il croyait ou non aux allégations.

«Si vous donnez une drogue à une femme - ou, d'ailleurs, à un homme - sans qu'il ou elle en ait connaissance, et que vous avez ensuite des relations sexuelles avec cette personne sans son consentement, c'est un viol. Et je pense que ce pays, aucun pays civilisé, ne devrait tolérer le viol», a-t-il déclaré (voir vidéo ci-dessous).

Les manchettes sur cette déclaration éclipseront-elles celles sur l'Iran aux États-Unis?