Plusieurs commentateurs ont prédit que Donald Trump ne survivrait pas à son dénigrement de John McCain. Or, une semaine après avoir déclaré que le sénateur d'Arizona n'est «pas un héros de guerre», le promoteur immobilier a amélioré sa position dans les sondages.

Publié le 26 juill. 2015
Richard Hétu

Le Donald arrive non seulement premier dans le premier sondage national (CNN/ORC) réalisé après sa déclaration sur McCain (il récolte désormais 18% des intentions de voix contre 15% pour Jeb Bush et 10% pour Scott Walker), mais également dans un sondage (NBC/Marist) mené auprès des électeurs du New Hampshire, l'État qui tiendra les premières primaires de 2016 (il mène avec 21% contre 14% pour Bush et 12% pour Walker).

NBC/Marist a également tâté le pouls des électeurs d'Iowa, l'État qui tiendra les premiers caucus de 2016. Trump n'est plus qu'à deux points du meneur, Scott Walker, dont il s'est évertué hier à dénigrer la feuille de route en tant que gouverneur du Wisconsin.

Pour Trump et ses adversaires républicains, le prochain rendez-vous d'importance aura lieu le 6 août, date du premier débat télévisé entre les dix candidats du GOP les plus populaires selon un certain nombre de sondages nationaux.

P.S. : On doit à Mike Huckabee et non à Trump la déclaration la plus incendiaire de la journée. L'ancien gouverneur d'Arkansas a accusé Barack Obama d'amener les Israéliens «aux portes des fours» avec l'accord sur le nucléaire iranien.