Publié le 27 avr. 2016
Richard Hétu

Chassez le naturel, il revient au galop. Cette expression a pris tout son sens hier soir lorsque Donald Trump s'est adressé aux journalistes après l'annonce de ses victoires retentissantes dans les cinq États de l'Est américain qui tenaient des primaires.

Le Trump nouveau qui avait fait son apparition une semaine plus tôt après la primaire de New York brillait par son absence. Ce Trump plus «présidentiel» annoncé par son nouveau stratège, Paul Manafort, avait été remplacé par le bon vieux Trump qui dit tout ce qui lui passe par la tête.

Et c'est ainsi que le promoteur immobilier s'est lancé dans une attaque contre Hillary Clinton qui risque de ternir encore davantage son image désastreuse auprès des femmes.

«Franchement, si Hillary Clinton était un homme je crois qu'elle n'obtiendrait même pas 5% des voix», a-t-il déclaré en répétant que le seul atout de la démocrate était son sexe. «Et le plus beau, c'est que les femmes ne l'aiment pas», a-t-il ajouté.

Il fallait voir la réaction de Mary Pat Christie, femme du gouverneur du New Jersey, à la gauche de Trump, pendant que ce dernier prononçait ces paroles, pour constater que cette déclaration pourrait offenser même des républicaines (voir la vidéo qui coiffe ce billet).

Grâce à ses cinq victoires, Trump a poursuivi sa marche de plus en plus inexorable vers la majorité absolue de 1 237 délégués nécessaires à l'investiture républicaine. «Je suis le candidat naturel», a-t-il déclaré hier soir. «Je gagne. En ce qui me concerne, c'est fini.»

Il faudra néanmoins attendre la prochaine étape - la primaire de l'Indiana mardi prochain - pour savoir si Trump sera assuré, ou presque, d'atteindre le chiffre magique.