Publié le 24 janv. 2017
Richard Hétu

«C'est une croyance qu'il maintient», a déclaré cet après-midi le porte-parole de la Maison-Blanche en faisant allusion au mensonge proféré la veille par Donald Trump selon lequel il a perdu le vote populaire lors de l'élection présidentielle à cause de millions de votes illégaux (entre trois et cinq millions, a-t-il dit aux dirigeants du Congrès).

Pour appuyer ses dires Sean Spicer a cité des «études» auxquelles Trump apporteraient crédit, dont l'une, produite par le Pew Research Center, démontrerait que 14% des électeurs en 2008 étaient des clandestins. Or, cette étude a été mille fois démontée, comme on peut le lire ici.

L'Association des secrétaires d'État a également affirmé dans un communiqué ne posséder aucune preuve de fraude électorale le 8 novembre dernier. Le président républicain de la Chambre des représentants Paul Ryan a tenu le même discours.

La Maison-Blanche de Donald Trump n'en est qu'à ses débuts. Mais elle semble incapable de passer une journée sans s'engluer dans un mensonge.