Après le Sénat, la Chambre des représentants a adopté, par 216 voix contre 212, une résolution budgétaire ouvrant la voie à l'adoption d'une baisse massive des impôts de 1 500 milliards de dollars sur dix ans sans l'appui des démocrates du Congrès.

Publié le 26 oct. 2017
Richard Hétu

Aucun démocrate de la Chambre n'a voté en faveur de la résolution et pas moins de 20 républicains s'y sont opposés. Plusieurs d'entre eux craignent que la réforme fiscale, dont la version finale sera dévoilée le mois prochain, ne contienne des mesures auxquelles ils s'opposent, incluant l'élimination entière ou partielle des déductions pour les impôts locaux.

La disparition de ces déductions serait particulièrement coûteuse pour les contribuables de New York, New Jersey et Californie.

La résolution adoptée aujourd'hui permet l'adoption éventuelle d'un projet de loi fiscal ajoutant 1 500 milliards de dollars aux déficits budgétaires sur dix ans. Elle était nécessaire pour empêcher les démocrates d'utiliser une manoeuvre parlementaire - le filibuster - afin de bloquer l'adoption du projet de loi fiscal.

Les baisses d'impôts voulues par Donald Trump et les républicains du Congrès constituent vraisemblablement leur dernière chance d'adopter une mesure majeure d'ici les élections de mi-mandat de 2018. Compte tenu de la mince majorité dont jouissent les républicains au Sénat, leur adoption n'est pas acquise.