Publié le 15 déc. 2017
Richard Hétu

Retenez bien ce nom: Spencer Petersen. Cet avocat républicain qui a siégé à la Commission électorale fédérale a été nommé par Donald Trump à un poste de juge à la cour fédérale de district du district de Columbia. Or, tout avocat soit-il, Petersen n'a jamais plaidé une cause devant un tribunal pénal ou civil, n'a jamais lui-même recueilli une déposition et ne connaît AUCUNE des notions juridiques fondamentales, comme l'atteste son échange surréel hier avec le sénateur républicain de Louisiane John Kennedy, qui l'a interrogé courtoisement (voir la vidéo qui coiffe ce billet).

Retenez bien son nom: Spencer Petersen. Au cours des derniers mois, le Sénat a examiné la nomination de candidats à des postes de juge dont l'expérience était discutable ou nulle. Deux d'entre eux ont dû être largués à la suite de révélations accablantes sur leur compte.

Spencer Petersen sera-t-il le troisième ou profitera-t-il de la complaisance qui a permis à d'autres candidats peu ou pas qualifiés d'être confirmés par le Sénat à majorité républicaine?

Au-delà du cas Petersen, il faut rappeler ceci: Donald Trump est en train de tranformer le pouvoir judiciaire, et pour longtemps, en nommant à des postes de juges fédéraux des candidats qui ont en commun d'être jeunes et profondément conservateurs voire extrémistes.

En novembre dernier, le New York Times consacrait un article au phénomène et soulignait en outre le manque de diversité des candidats. Sur 18 personnes nommées à des postes de juge de cour d'appel fédérale, 16 étaient des Blancs et 14 des hommes.

Et ce n'est qu'un début mesdames, messieurs.