Source ID:; App Source:

Parler l'anglais renforce la francophonie, selon Emmanuel Macron

Le premier ministre Philippe Couillard et le président... (PHOTO AP)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard et le président français Emmanuel Macron, à Paris.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Paris

Parler l'anglais renforce la francophonie, a laissé entendre le président Emmanuel Macron, flanqué du premier ministre Philippe Couillard lundi au palais de l'Élysée, à Paris.

M. Couillard a affirmé pour sa part que la majorité des Québécois pensent comme M. Macron, ils veulent défendre le français, mais veulent apprendre d'autres langues.

C'était la première rencontre du chef de l'État français avec M. Couillard depuis son élection à la présidence en mai 2017.

M. Macron était appelé à répondre à une question de la presse quant à savoir si la France en fait suffisamment pour défendre le statut du français dans le monde. Le président français a été critiqué parfois pour avoir fait usage de l'anglais sur des tribunes.

M. Macron a dit s'inspirer de «l'exemple nord-américain», car défendre le français n'est pas refuser de parler les autres langues, selon lui, bien au contraire, cela s'inscrit dans le plurilinguisme, a-t-il plaidé.

«Je n'hésite jamais à m'exprimer à la fois en français, ou dans la langue du pays hôte, ou également en anglais lorsque ce sont sur des scènes internationales ou devant des milieux d'affaires, parce que je pense que cela renforce la francophonie», a-t-il dit en conférence de presse après l'entretien.

Il s'agit, a poursuivi M. Macron, de montrer que le français n'est pas une langue enclavée, mais qui s'inscrit dans le plurilinguisme.

C'est la force du français par rapport à un «langage anglo-saxon qui se veut digérant les autres langues», alors que la plupart des francophones dans le monde doivent parler d'autres langues.

«Je ne fais pas partie des défenseurs grincheux, je suis là aussi un défenseur conquérant et ambitieux», a-t-il dit.

M. Macron a soutenu que peu de ses prédécesseurs ont autant parlé de la francophonie que lui, mais qu'il voulait «en renouveler le logiciel».

Il a rappelé qu'il allait prononcer un discours clé sur la francophonie le 20 mars - c'est-à-dire la journée internationale qui lui est dédiée - où il fera part de son ambition pour cette langue, sur le plan de l'éducation et de la géopolitique, particulièrement en Afrique.

Pour sa part, Philippe Couillard avait soutenu à ce propos que «l'avenir du français se trouve en Afrique».

En point de presse plus tard lundi, le premier ministre a soutenu que la majorité des Québécois pensent comme M. Macron.

«On veut tous que notre langue soit la langue officielle en pratique et on va se battre pour que ce soit le cas, mais ça n'empêche pas d'apprendre une autre langue.»

Selon lui, M. Macron affirmait la prépondérance du français, mais «pour lui, cela n'entrait pas en contradiction avec le fait d'apprendre ou parler une autre langue».

Dans sa déclaration initiale en matinée, il a indiqué que le président et lui allaient oeuvrer dans trois champs concernant la question linguistique, soit le français sur le web, la formation des maîtres et la lutte aux changements climatiques en français.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer