Ali al-Marri, ancien «combattant ennemi» détenu sur le sol américain, a plaidé lundi non coupable devant un tribunal fédéral de Peoria des accusations de «soutien matériel au terrorisme» portées contre lui par le gouvernement.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous avons décidé de plaider non coupable et de demander la formation d'un jury», a expliqué l'avocat de M. al-Marri, 43 ans, Lee Smith.

Dernier «combattant ennemi» - selon la terminologie utilisée par l'administration Bush - détenu sur le sol américain, son client avait été inculpé fin février de «soutien matériel au terrorisme» devant un tribunal de droit commun, sortant de six ans de détention militaire sans inculpation.

Lundi, il a brièvement comparu devant le juge fédéral, calme, les mains libres, croisées derrière son dos.

Disposant de la double nationalité qatarite et saoudienne, M. al-Marri, contrairement aux détenus de la prison de Guantanamo (Cuba) était arrivé, en famille, aux Etats-Unis le 10 septembre 2001 muni d'un visa. Il avait été arrêté fin 2001 pour escroquerie à la carte bancaire puis déclaré «combattant ennemi» en 2003, soupçonné par le gouvernement Bush d'avoir été une taupe d'Al-Qaïda sur le territoire américain.