Le candidat républicain à la présidentielle américaine John McCain s'est attiré les foudres des conservateurs lundi en laissant entendre qu'il pourrait autoriser une hausse des cotisations sociales après avoir promis de n'augmenter aucune taxe, quelle qu'elle soit.

Mis à jour le 28 juill. 2008

Interrogé par la presse dans son bus de campagne le 9 juillet, le sénateur a évoqué la nécessité de renflouer la sécurité sociale, expliquant: «Je ne peux pas vous dire ce que je ferai, si ce n'est que je mettrai tout sur la table».

Dimanche, le sénateur de l'Arizona est allé un peu plus loin encore, en affirmant que «rien n'est écarté». «J'ai mes positions, et je les développerai», a-t-il déclaré lors d'une émission télévisée. «Je ne veux pas augmenter les impôts. Mais ça ne veut pas dire que rien ne doit être envisagé».

Ces propos lui ont valu une réaction vive du Club pour la croissance, un groupe de Washington opposé au prélèvement d'impôts. Les commentaires de McCain sont «choquants parce que vous avez été catégorique sur votre opposition à la hausse des taxes, en toutes circonstances», a souligné le groupe dans une lettre adressée au candidat.