La France ne signera pas «en l'état» le projet de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) car «il ne comporte aucune avancée sur des éléments tout à fait essentiels», a affirmé lundi le porte-parole du gouvernement Luc Chatel à l'issue d'un conseil des ministres.

Mis à jour le 28 juill. 2008

M. Chatel a cité «la protection des indications géographiques de provenance», les appellations d'origine contrôlées (AOC), et «la défense de nos intérêts industriels européens face aux pays émergents».

Selon lui, le conseil des ministres «a tenu à rappeler que la France était plus que jamais attachée à la promotion notamment des pays les plus pauvres» mais «a souligné que si l'Europe devait jouer un rôle moteur à cet égard, elle devait aussi assurer la protection des intérêts européens avec une grande vigilance et sans naïveté notamment à l'égard des pays émergents».

L'OMC a obtenu dimanche une percée sur les subventions agricoles et les droits de douane tout en peinant à accorder ses 153 pays membres autour d'un «paquet» de négociation allant de la banane au coton.