Lorsque j'ai effectué des stages dans le cadre de mes études en enseignement primaire et préscolaire à l'université, j'avais un réel malaise de laisser pour compte certains élèves dans la classe qui n'arrivaient pas à suivre le reste du groupe pour diverses raisons. En milieu défavorisé, ces raisons sont multiples et complexes, et c'est pourquoi il faut travailler avec l'école, mais aussi avec la famille et la communauté pour trouver des solutions. C'est pourquoi je ne suis pas devenue enseignante en terminant mon bac. Je me suis plutôt engagée dans une coopérative de travail et j'ai fait du bénévolat à La Maison des enfants de Montréal. C'est par cet organisme que j'ai connu Je Passe Partout (www.jepassepartout.org), où l'on s'occupe de ces élèves laissés pour compte, afin qu'ils aient les mêmes chances que les autres. J'y travaille avec passion depuis 2003 et en suis désormais la directrice. Chaque jour, je suis fière de ce qu'accomplit mon équipe avec les 400 enfants et leurs parents que nous soutenons chaque année. Nous voyons très souvent des résultats spectaculaires à la fin de l'année, nous prouvant à chaque fois qu'avec les conditions adéquates, tous les enfants sont capables de réussir.
J'habite Hochelaga-Maisonneuve depuis 13 ans maintenant et je suis fière de m'engager dans ma communauté en y travaillant bien sûr, mais aussi en consommant localement le plus possible (cela implique le réseau d'écoles publiques, les services de loisirs, etc.), et en participant à des initiatives citoyennes (verdir la ruelle, fêtes, etc.). Si on veut que ça change, on doit tous faire notre part. J'espère être capable de transmettre ce message à mes filles et à mes proches afin qu'ils puissent rêver, eux aussi.