Je m'appelle Kawtar Ghazi Idrissi, j'ai 18 ans, je vis à Brossard. Je suis d'origine marocaine et bulgare et je suis au Canada depuis environ six ans.
L'intimidation est une façon de faire du mal à une personne d'une manière répétitive.
C'est un rapport de force inégal. Mais pourquoi certains jeunes n'osent-ils pas révéler l'intimidation dont ils sont victimes?
D'abord, c'est la honte d'expliquer ce que l'on a subi à un ami ou à un adulte.
La peur sous la menace de vengeance. La peur de ne pas être cru.
Je voudrais que les jeunes qui sont victimes d'intimidation puissent s'exprimer.
Un jeune intimidé n'a aucune raison d'avoir honte de dire qu'il a été battu par quelqu'un de plus fort que lui ou qu'ils se sont mis à plusieurs pour le faire.
Aucune menace de vengeance ne doit empêcher le jeune de parler. Le jeune doit faire confiance à son entourage pour qu'il puisse parler et trouver une personne pour le croire.
Le jeune peut parler à ses enseignants, à ses parents, aux directeurs d'école et chaque individu peut contribuer à éliminer ce phénomène. Il ne faut surtout pas choisir de subir en silence, sans en parler à personne. Alors, je voudrais que les jeunes qui sont victimes d'intimidation puissent enfin parler.
Finalement, c'est important pour moi parce que j'en vois tous les jours dans notre école et je trouve ça injuste de toujours faire du mal à une personne qui n'a absolument rien fait.
Pour moi, je sais ce que veut dire l'intimidation parce que j'en ai vécu dans mon adolescence.
Et je me suis ouverte à des personnes qui m'ont vraiment aidée.