Le 2 février 1994, Jean-Marc Beaudoin, de Sherbrooke, se lève très tôt comme chaque matin depuis quelques mois. Le travail et le stress l'accaparent pleinement mais rien ne paraît. Cette journée est fatale pour lui: en l'espace de cinq minutes, il meurt et ressuscite. À l'âge de 37 ans, il fait un infarctus. Chanceux dans sa malchance, seulement une petite partie de son cœur est nécrosé (mort). Six mois plus tard, il reprend le travail avec la ferme intention de mieux vivre : pas de stress, pas de travail à la maison, bien manger et faire de l'exercice. Tout compte fait, c'est ça la vie, enfin, pendant neuf ans. Autre coup dur: le 23 mai 2003, un médecin, neurologue, consulté grâce aux bons soins de la cardiologue, lui apprend qu'il souffre de la sclérose en plaques. Encore une fois, chanceux dans sa malchance, il est atteint de la forme la moins invasive, celle dite rémittente. Une fois la «crise» passée, la santé revient graduellement.
C'est mon histoire. Je désire de tout mon cœur AVOIR DU CŒUR POUR VIVRE AVEC LA SCLÉROSE EN PLAQUES.