À travers les bons coups et, parfois, les moins bons, nos critiques de restaurants vous racontent leur expérience, présentent l’équipe en salle et en cuisine, tout en expliquant ce qui a motivé le choix du restaurant. Cette semaine : l’expérience de pique-nique au verger à la Cabane d’à côté.

Publié le 29 juillet
Iris Gagnon-Paradis
Iris Gagnon-Paradis La Presse

Pourquoi en parler ?

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

La « cabane » de la Cabane d’à côté

Pour profiter pleinement de l’été, quoi de mieux qu’un pique-nique dans un cadre bucolique ? Le magnifique verger de la Cabane d’à côté nous a permis de vivre une telle expérience. Et elle fut exceptionnelle ! Alors que l’endroit affiche généralement complet, des places ont été ajoutées récemment pour contrer le phénomène des clients qui n’honorent pas leur réservation – vous savez, ceux qu’on appelle les « no-shows » –, qui a doublé cette année. Voilà donc l’occasion de vous rendre à Saint-Benoît-de-Mirabel pour passer un superbe moment.

Qui sont-ils ?

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Une partie de l’équipe : Tomi Lalongé, Marc-Antoine Leblanc, Marie Lamoureux (sous-chef et responsables de cuisines), Philippe Picard-Labelle, chef de cuisine, Vincent Dion-Lavallée, chef-copropriétaire et Alexandre Meilleur, maître d’hôtel et sommelier

Ouverte à l’hiver 2018, la Cabane d’à côté est située au cœur d’un verger, d’où sont issus les cidres de la Cidrerie du Pied de cochon. Elle est menée par Vincent Dion-Lavallée, chef exécutif et copropriétaire, avec Martin Picard et Marc Beaudin. On a d’abord offert des repas à l’intérieur, dans la petite salle à manger, mais la situation sanitaire a amené l’équipe à imaginer une autre formule. « On n’avait jamais osé faire des pique-niques dans le verger… La pandémie nous a donné le petit coup de pied dans le derrière dont on avait besoin ! », confie le chef, qui peut compter sur une équipe fidèle et solide, avec lui toute l’année, pour les saisons des pommes et des sucres.

Notre expérience

  • L’appétissant pique-nique dans le verger proposé par Cabane d’à côté

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    L’appétissant pique-nique dans le verger proposé par Cabane d’à côté

  • Sous le chapiteau, à l’entrée, on récupère nos paniers, ajoutant au passage extras et rafraîchissements.

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    Sous le chapiteau, à l’entrée, on récupère nos paniers, ajoutant au passage extras et rafraîchissements.

  • Paniers et bouteilles en main, on trouve sa place au verger.

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    Paniers et bouteilles en main, on trouve sa place au verger.

  • Le panier offre une multitude de petits plats de saison pour deux.

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    Le panier offre une multitude de petits plats de saison pour deux.

  • Parmi les extras, la fameuse burrata maison, et ses légumes de saison.

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    Parmi les extras, la fameuse burrata maison, et ses légumes de saison.

  • Le verger invite à la détente.

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    Le verger invite à la détente.

  • En plus de la guédille aux légumes, une guédille aux crevettes est proposée en extra.

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    En plus de la guédille aux légumes, une guédille aux crevettes est proposée en extra.

1/7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est un dimanche après-midi magnifique. Le week-end a été exceptionnel, côté météo, et pour une fois, les clients ayant omis d’annuler leur réservation se sont faits rares. Ça roule à plein volume sous le chapiteau à l’entrée, où les clients doivent patienter un peu pour cueillir leurs paniers, y ajoutant au passage extras et rafraîchissements. Malgré la journée très occupée et quelques embûches – dont une panne de réseau internet qui paralyse tout de longues minutes –, tous les clients sont accueillis avec le sourire.

Le verger est magnifique et invite à la détente. L’espace, vaste, permet d’accueillir quelque 500 personnes. Une centaine de parasols sont plantés et des bûches permettent de s’asseoir, mais il est préférable d’apporter ses propres couvertures et chaises. Les enfants peuvent batifoler à leur aise pendant que les adultes picolent, bavardent ou se promènent parmi les pommiers. Ici, personne ne vous pressera de partir.

Le panier de pique-nique change mensuellement et rassemble huit petits plats, des assiettes, des couverts et même un sac pour les déchets (tout est compostable). Voilà pour le contenant.

Le contenu, lui, est absolument délicieux ! Il met en vedette légumes et fruits de saison, des produits du terroir, issus de leurs terres ou des producteurs du coin, souvent des voisins. Le circuit court est ici fortement privilégié.

Tout est d’une fraîcheur irréprochable. Les saveurs sont punchées en restant équilibrées et les produits, finement travaillés. On a tout adoré : la désaltérante soupe à l’eau de tomates, le maquereau en escabèche dans sa sauce romesco légèrement relevée, l’irrésistible porchetta avec sa sauce raifort et ses feuilles de sucrine croquantes ou encore le poulet grillé, très juteux, baignant dans une sauce de poivrons goûteuse.

D’un plat à l’autre, on croque à pleines dents dans l’été et ses généreux fruits.

Parlant de fruit, le fraisier vient clore en beauté ce pique-nique mémorable. Ce dessert étagé – génoise, diplomate, crème fouettée, purée de fraises, gelée de verveine – offre un mariage éloquent de saveurs et de textures, sans alourdir l’estomac.

Dans notre verre

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Les cidres de la Cidrerie du Pied de cochon sont à l’honneur.

Les créations de la Cidrerie du Pied de cochon sont à l’honneur – on peut goûter à des nouveautés exclusives, comme le cidre La Couleur de l’amour, auquel les gadelles donnent une jolie teinte rosée. Les enfants ou ceux qui conduisent peuvent siroter une limonade maison à la rhubarbe. Autrement, la carte des vins fait la très belle part aux jus québécois : Pinard et Filles, Lieux Communs, Négondos, Joy Hill… ainsi qu’à des domaines et vignerons bien connus des amateurs de vin nature ou biodynamique, comme Milan Nestarec, Pearl Morissette, Poderi Cellario, Denavolo ou La petite baigneuse. L’équipe saura bien vous conseiller.

Bon à savoir

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Par temps pluvieux, un chapiteau central permet de se réfugier.

Pour vivre l’expérience de la Cabane d’à côté, il suffit de réserver en ligne le nombre de paniers désirés pour la fin de semaine de son choix. On s’y rend ensuite et on ne paie qu’une fois sur place. Par temps pluvieux, il est possible de s’installer sous le chapiteau central, qui accueille une quinzaine de tables à pique-nique. Et de grâce, honorez votre réservation !

Prix

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Un jolie tarte aux petits fruits, en extra, pour les dents sucrées.

Il en coûtera 87 $ pour un panier qui nourrit fort bien deux personnes. Les plus gourmands peuvent ajouter des extras à partager comme la burrata maison (30 $) ou la tarte aux petits fruits (12 $). Il est aussi possible de réserver le chapiteau central pour un menu champêtre exclusif au coût de 125 $ par personne (groupes de 8 à 14 personnes).

Information

La Cabane d’à côté est normalement en action jusqu’à la mi-septembre. Bonne nouvelle : les fins de semaine des 17-18 et 23-24 septembre viennent d’être ajoutées. Le service commence dès 11 h et se termine à 18 h, mais il est tout à fait possible de profiter du verger jusqu’au coucher du soleil.

3595, montée Robillard, Saint-Benoît de Mirabel

Consultez la page de la Cabane d’à côté