Dans une petite salle étroite — qui accueillait juste avant le restaurant Fortune — se conjuguent de grands talents. Copains d’assez longue date — ils se sont croisés et relayés en cuisine et en salle à la Maison publique —, Brendan Lavery, Harrison Shewchuk et Darcy Gervais-Wood tournaient un peu en rond dans leurs restaurants respectifs. « Rien à perdre, se sont-ils dit. On se lance ! »

Ève Dumas Ève Dumas
La Presse

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Le mariage œuf mollet/champignons marinés/grains est divin, avec son contraste d’onctuosité et d’acidité.

Bien que Salle climatisée soit pour l’instant un comptoir à emporter sans tables ni chaises, on voit un potentiel de bar à vin bondé dans un avenir… incertain ! Darcy, qui partage la direction de la cuisine avec son ami Harrison, a travaillé en cuisine au Septime, à Paris. La ville adorée par le trio a laissé une forte empreinte sur eux. Le nom de l’établissement vient d’ailleurs du fait que plusieurs salles à manger annoncent la fraîcheur de leurs installations pour attirer la clientèle dans la touffeur parisienne.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

La baguette « poule au pot » est inspirée de la mythique sandwicherie parisienne CheZaline.

La beauté d’un projet de pandémie comme celui-ci réside dans son aspect souple, évolutif, adaptable aux envies et besoins de la clientèle. Ouvert de 11 h à 19 h, le comptoir sert des petites choses sucrées (coup de cœur pour le chausson aux pommes et tahini) et salées (saucisse en croûte !) avec du très bon café filtre et des sandwichs absolument gourmands, comme la baguette « poule au pot » inspirée de la mythique sandwicherie parisienne CheZaline.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Darcy Gervais-Wood, Brendan Lavery et Harrison Shewchuk ont tous trois travaillé au restaurant Maison publique.

Il y a aussi de surprenantes salades, dont celle à l’anguille fumée sur rémoulade qui rappelle le passage du chef Harrison au restaurant du Vieux-Port Tiers paysage. Le mariage œuf mollet/champignons marinés/grains est également divin, avec son contraste d’onctuosité et d’acidité. Quelques plats chauds bien réconfortants, comme le rôti de porc Berkshire avec carottes et sauce à la moutarde, rendent les soirées de couvre-feu plus douces.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Le chausson aux pommes et tahini est un coup de cœur.

Côté vin, vous vous doutez bien qu’on ne sert pas du Ménage à trois, mais plutôt des vins d’artisans bien digestes, qui reflètent la simplicité et la gourmandise de la cuisine. À notre passage, on sentait que Brendan s’était laissé tenter par les propositions d’agents bien actifs dans les vignobles d’Europe centrale (Allemagne, Autriche, République tchèque) : Clemens Busch, Milan Nestarec, Kolfoc.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Salle climatisée offre des commandes à emporter, pour l’instant, mais qui sait ce que l’avenir lui réserve !

On a bien hâte de suivre l’évolution de cette jolie Salle climatisée de 500 pi2.

> Consultez le site du restaurant

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Côté vin, des cuvées d’artisans bien digestes, qui reflètent la simplicité et la gourmandise de la cuisine.