Le mois de février annonce le retour de la réconfortante Semaine de la poutine, qui entame ce samedi sa 8e présentation, et qui se déroulera jusqu’au 7 février.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Les restaurants participants — plus de 400 partout au Canada, dont 55 à Montréal — ajoutent pour l’occasion à leur menu habituel une poutine de leur cru, avec pour seule limite leur créativité.

PHOTO OLYA KRASAVINA, FOURNIE PAR LA SEMAINE DE LA POUTINE

Roch le Coq, dans Outremont, ajoute du pikliz sur sa poutine au poulet frit.

Ainsi, le Gras Dur (gagnant du vote du public en 2018 et en 2019) proposera la décadente Snobinarde, agrémentée de bisque de homard truffée, de homard, de crevettes, de mousse de foie gras, de truffe et de caviar ; le petit nouveau Roch le Coq, dans Outremont, y va avec sa poutine Raymon, servie avec poulet frit et pikliz, un assaisonnement typique d’Haïti.

PHOTO OLYA KRASAVINA, FOURNIE PAR LA SEMAINE DE LA POUTINE

Une poutine inspirée d’un plat typique de Porto, la Francesinha, sera servie au Campo.

De son côté, Pascal le boucher offre un plat fusion avec sa « Poutine ramen », garnie de shiitakes marinés, flanc de porc confit et œuf mollet, et baignant dans une sauce à base de bouillon à ramen façon tonkotsu, alors que le Campo propose une création inspirée d’un plat typique de Porto, au Portugal, la poutine Francesinha.

PHOTO OLYA KRASAVINA, FOURNIE PAR LA SEMAINE DE LA POUTINE

Pascal le boucher offre un plat fusion avec sa « poutine ramen », garnie de shiitakes marinés, flanc de porc confit et œuf mollet, et baignant dans une sauce à base de bouillon à ramen façon tonkotsu.

Le public, lui, pourra encore voter en ligne pour sa création favorite cette année. Petit plus : pour chaque poutine vendue, 1 $ ira à des organismes choisis selon les régions, par exemple Anorexie et Boulimie Québec à Montréal ou la Fondation Rêves d’enfants à Québec.

> Consultez le site de la Semaine de la poutine : http://www.lapoutineweek.com/