Propriétaire des établissements Sata Sushi, dans Homa, et du Mimi&Jones, dans le Mile End, MJ Guertin est une végétalienne convaincue depuis 10 ans maintenant.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Son « bébé », le Sata Sushi, a célébré récemment ses 14 années d’existence.

Jusqu’à tout récemment, elle y servait un menu mixte, composé de sushis traditionnels et véganes. C’est après avoir ouvert l’été dernier le Mimi&Jones, un diner végane, qu’elle a décidé de faire ce qui lui trottait dans la tête depuis un moment : faire passer le Sata en mode 100 % végane.

« Cela faisait un bout que je pensais à la transition, car c’était rendu incohérent avec mes valeurs. Une entreprise, oui c’est pour faire de l’argent, mais ça doit aussi venir du cœur pour avoir du succès », remarque-t-elle.

En novembre, elle passe à l’action et annonce sur Facebook la nouvelle à sa fidèle clientèle, qui l’a majoritairement appuyée dans sa décision, et ferme quelques semaines, le temps d’offrir un nouveau look à son resto, dont un joli néon bleuté dont l’écriture signifie « végane » en japonais.

Au début du mois de décembre, l’endroit revient avec une carte tout en simplicité de sushis à base de plantes, comme le nigiri à l’aubergine grillée à la torche, ou encore des makis « califleur » et « palmster », à base de cœur de chou-fleur ou de cœur de palmier.

Un classique du quartier Hochelaga à redécouvrir.

3349, rue Ontario Est, Montréal