Même si le nom de SoupeSoup lui collera sans doute toujours à la peau, Caroline Dumas tente de passer à autre chose avec son dernier-né, simplement nommé Caroline, un restaurant de jour implanté au cœur du Mile End où il fait bon s’arrêter.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Il est lumineux et chaleureux, ce joli Caroline, qui est installé — eh oui — dans l’ancien SoupeSoup Mile-End, avec ses tablettes débordant de livres classés par couleurs, ses plantes, sa grande pièce murale en macramé et ses fenêtres couvrant l’angle des rues Maguire et Casgrain et laissant filtrer une douce lumière, même en ce moribond mois de novembre.

Sans tambour ni trompette, la sympathique cuisinière y a installé ses quartiers au mois de mai, tout en continuant à mener en parallèle son autre projet, Le Bloomfield, pour le moment seulement ouvert pour les brunchs du week-end, depuis que le restaurant a perdu son chef cet été. Non, se lancer dans la restauration est loin d’être de tout repos.

Au Caroline, la restauratrice porte à bout de bras ce projet où, on le sent, elle met tout son cœur. La proposition est simple, et s’appuie sur ce que celle que d’aucuns appellent toujours « Madame SoupeSoup » sait faire de mieux : une cuisine sans chichis, réconfortante et savoureuse.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Caroline offre une cuisine sans chichis, réconfortante et savoureuse.

Ouvert seulement de jour, la semaine, l’endroit rassemble gens de passage, résidants et travailleurs du coin venus prendre un café et déguster une des excellentes douceurs maison, qui nous ont toutes ravi : pudding chômeur, énormes biscuits au chocolat, « whoopie pie » à la citrouille délicieusement parfumée, carré au citron ou financier au matcha… Ce n’est pas le choix, ni la qualité, qui manque dans ce registre.

D’autres s’y arrêtent le temps d’engloutir un généreux petit déjeuner — sandwich lève-tôt, yogourt granola et petits fruits — ou sur l’heure du midi, pour un lunch qui, sans réinventer la formule, offre plusieurs belles options pour tous les goûts et qu’on peut modifier à son gré en ajoutant protéines et autres extras : sandwiches et salades du jour, grilled cheese, bols, rouleau de la mer…

Sans oublier, évidemment, deux ou trois choix de soupes du jour, qui varient souvent. Car on peut sortir la madame de SoupeSoup, mais pas les soupes de la madame ! Celle que nous avons dégustée, une soupe aux légumes classique dans laquelle des morceaux charnus de courges, carottes et zucchinis flottaient dans un bouillon savoureux, était fort simple mais ultra-réconfortante.

Du keto aux plats chauds

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Deux ou trois choix de soupes du jour sont offerts.

Une des particularités de l’endroit est que Caroline Dumas offre quelques options « keto », ayant elle-même adopté ce type d’alimentation, dit cétogène ou faible en glucides, depuis un moment.

C’est d’ailleurs sur le bol keto que nous avons jeté notre dévolu lors de notre passage. Ici, le chou-fleur, cru et réduit finement au robot en « couscous », sert de base à ce plat roboratif où cohabitent haricots verts et poivrons rouges croquants, chou rouge en lanières, fèves edamame, feuilles de coriandre, accompagnés de la protéine du jour — de généreuses tranches de poitrine de poulet — et d’une mayonnaise maison pour enrober le tout. Un mélange quelque peu hétéroclite, mais somme toute satisfaisant, qui aurait pu bénéficier d’un peu plus de recherche pour arriver à une plus grande harmonie des saveurs. La prochaine fois, nous aurons peut-être davantage envie d’essayer le bol de Jérusalem, avec ses saveurs et ingrédients méditerranéens.

Pour la saison froide, le Caroline propose également des plats chauds où, encore une fois, le degré de réconfort est élevé. Le poulet au beurre, avec son fumet révélant les nombreuses épices entrant dans sa composition, était délectable ; le chili végétarien, avec ses légumes et fèves noires, était tout aussi satisfaisant. Encore là, on ne réinvente rien, mais on le fait bien, avec générosité, et c’est ce qui donne son identité à cet endroit.

On le sent, la formule du Caroline sera appelée à se préciser avec le temps. Ainsi, la carte des vins n’était pas tout à fait au point au moment de notre passage, mais elle est prometteuse avec sa sélection axée sur les jus nature. L’endroit a aussi lancé récemment une formule apéro, les jeudis et vendredis, où on promet des planches de charcuteries, de fromages et autres plateaux à grignoter, mais il reste à savoir si un menu plus élaboré sera proposé à ceux qui veulent un repas plus consistant.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Quelques-unes des excellentes douceurs maison

Mais ne serait-ce que pour goûter à nouveau à ses plats maison faits avec amour, à ses soupes et desserts délicieux, et pour piquer une jasette avec la toujours volubile propriétaire, l’endroit vaut la peine qu’on le découvre. Et, de grâce, lorsque vous la croiserez, appelez-la par son prénom, tout simplement : Caroline.

Notre verdict

On paie : Des prix très abordables, qui ne videront pas votre portefeuille : de 5 $ à 9,95 $ pour déjeuner, de 5 $ à 14,95 $ pour le lunch, moins de 5 $ pour les pâtisseries et autres douceurs.

On boit : Du café et plusieurs boissons chaudes, dont du lait végétal à la betterave ou un café « Bulletproof », une carte des vins nature concoctée par le sommelier Sylvain Rubin (Mas Que Vino).

On se sent : Immédiatement bien et chaleureusement accueilli par du personnel sympathique dans ce joli espace inclusif et versatile, à l’ambiance décontractée, où on peut passer sur le pouce, étudier, faire des rencontres d’affaires, relaxer en lisant un livre… À noter que l’espace peut être loué pour des événements privés en soirée.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Pudding chômeur, énormes biscuits au chocolat, « whoopie pie » à la citrouille délicieusement parfumée, carré au citron ou financier au matcha… L’offre est abondante.

On aime : L’espace, les soupes, les pâtisseries maison, une cuisine faite avec amour.

On aime moins : Certains plats pourraient être plus recherchés, une certaine imprécision dans l’offre.

On y retourne ? Certainement.

Caroline. 5333 avenue Casgrain, #101, Montréal. https://www.facebook.com/RestaurantCarolineMileEnd/