Après près de cinq ans de travail, Le Central a finalement ouvert ses portes il y a quelques jours, devenant la toute première foire alimentaire réinventée de la cité, en attendant le Time Out Market du Centre Eaton et le Cathcart restaurants et biergarten de Place Ville Marie.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Le projet est propulsé par la Société de développement Angus, qui a pensé le concept du Carré Saint-Laurent, ce tout nouvel édifice érigé à l’angle Sainte-Catherine et Saint-Laurent, et dont le rez-de-chaussée est occupé par Le Central. Élaboré en partenariat avec La Tribu, spécialisée en spectacles et événements (Bouffons MTL !, Mile Ex End Montréal), Le Central s’est donné comme mission de redonner du lustre à la Main en mettant de l’avant la diversité gastronomique que la métropole a à offrir.

« On met de l’avant le Montréal gastronomique accessible », résume Danny St Pierre, porte-parole et l’un des nombreux investisseurs qui ont soutenu financièrement le projet. « Le Central est fier d’accueillir plein de petites entreprises indépendantes ; on a une signature commune, créée par Guillaume Sasseville, mais chaque kiosque a fait son design et mis en place sa propre équipe », détaille-t-il.

Le Central, c’est plus de 700 places assises, 20 000 pi2 et 25 restaurants « signature ».

À certaines adresses déjà connues et appréciées des Montréalais – Cantine Émilia et son délicieux poulet portugais, Gras Dur et ses poutines décadentes, Kamehameha et ses pokés, Le Super Qualité et sa nourriture authentique du sud et de l’ouest de l’Inde (ouverture à venir), Pizzeria Heirloom et sa pizza napolitaine – s’ajoutent de nouvelles marques, souvent propulsées par des groupes ou des restaurateurs existants, comme les tacos Bonita’s, par l’équipe du Capital Tacos, ou le Mignonette, un bar à huîtres, fruits de mer et tartares, avec une jolie carte de vins et de bulles, mis de l’avant par les propriétaires du Chasse-Galerie et du Cœur de Loup.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Chaque kiosque a pensé son design et son espace. Sur la photo, le Ho Lee Chix et le Bab Kech.

Le Central est aussi l’occasion de découvrir des projets d’un peu partout au Québec, comme les Brasseurs de West Shefford, en Estrie, qui occupent un grand espace allongé de type pub ; Buddha Station, un comptoir de bols santé de Québec ; et le fort sympathique RDJ (pour République démocratique du jambon), une entreprise établie à Sherbrooke spécialisée en charcuteries artisanales et autres cochonnailles.

Que ce soit sur le pouce, pour prendre un café, pour le lunch ou à l’apéro, Le Central offre une multitude d’options. On peut prendre place à l’une des grandes tables centrales communes ou encore s’asseoir au bar de certains kiosques pour un service plus complet, en prenant un verre.

Cinq adresses à découvrir

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Le pizzaiolo Mirko D’Agata offrira très bientôt aux Montréalais la possibilité de goûter à sa pizza romaine avec l’ouverture du Morso.

Morso

C’est au Central que naîtra le tout nouveau projet de la famille No 900, le Morso. Contrairement à son grand frère spécialisé en pizza napolitaine, le Morso propose de la pizza romaine, dite al taglio.

Et ce n’est pas une figure de style : Mirko D’Agata, son pizzaiolo, a été couronné champion du monde dans cette catégorie à la 18e édition du Napoli Pizza Village, à Naples, plus tôt cet automne.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

La pizza romaine offre une croûte plus croustillante et épaisse que la pizza à la napolitaine, et est servie en carrés plutôt qu’en pointes.

Eh oui, promet-il, on pourra déguster sur place, dès l’ouverture fin octobre, LA pizza qui lui a fait gagner son titre, soit la Pancetta Coppatta, accompagnée de noisettes et provolone fumé.

L’endroit proposera neuf variétés de pizza al taglio, en plus de focaccias garnies et de croissants farcis à la minute pour le déjeuner.

> Consultez la page Facebook du Morso

Bab Kech

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Le chef du restaurant marocain Bab Kech, Imad Makraji

Marocain d’origine, Imad Makraji a travaillé dans de grands établissements à Casablanca et a occupé le poste de sous-chef Chez Sophie, à Montréal.

Il a tout lâché pour ouvrir son petit commerce au Central, le Bab Kech, afin de mettre en vedette la cuisine marocaine, qui est sous-représentée à Montréal, selon lui.

Il propose des spécialités de cette cuisine d’Afrique du Nord, comme la délicieuse pastilla au poulet sucré-salé, des salades tout en fraîcheur, du couscous et des tajines, ainsi que le batbout, sorte de sandwich fait à partir de pain plat traditionnel cuit sur plaque.

> Consultez la page Facebook du Bab Kech

Thip Thip

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Le Thip Thip est un projet du Lucky Belly Group, qui possède aussi le Kamehameha et le Ho Lee Chix au Central.

Le Lucky Belly Group a une forte présence au Central ; en plus du Kamehameha et du Ho Lee Chix, un concept de poulet frit à l’asiatique, le groupe propose également le Thip Thip, un sympathique comptoir de type snack-bar qui servira de la cuisine laotienne.

Le chef Athiraj Phrasavath, d’origines thaïlandaise et laotienne, propose un menu inspiré de la cuisine de rue qu’on retrouve au Laos, comme le kua mee, aussi appelé pad thaï loatien, de la salade de papaye avec du « funk » ou des laab, salades de viande laotiennes.

« C’est sauté, fait à la minute, plein de saveurs, une montagne de bouffe pour un petit prix ! », lance le chef.

> Consultez la page Facebook du Thip Thip

Pintxo

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Après avoir fermé son restaurant du Plateau Mont-Royal le printemps dernier, le Pintxo renaît en version 2.0 au Central.

Que ceux qui s’ennuient du Pintxo, qui a fermé son établissement du Plateau Mont-Royal après 10 ans d’activité en mars dernier, se rassurent : l’endroit vient de renaître au Central.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Le Pinxto propose une cuisine espagnole authentique, où les poissons et fruits de mer sont rois.

La formule a été repensée et améliorée, explique le chef-propriétaire Alonso Ortiz, pour une cuisine espagnole encore plus authentique composée principalement de poissons et fruits de mer, et des assiettes qui misent davantage sur le partage que sur les plats individuels.

> Consultez la page Facebook du Pintxo

Bagado

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Monica Rodriguez, la femme derrière le Bagado

L’équipe du Central a été complètement charmée par Monica Rodriguez, la « magicienne » derrière le comptoir de crèmes glacées et sorbets Bagado.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Le Bagado offre des crèmes glacées et sorbets aux saveurs originales.

Au menu, des délices glacés aux parfums éphémères et inédits, comme framboise et poivron rouge ou encore abricot et carotte, accompagnés de petits gâteaux, chocolats et autres fines pâtisseries, et des bûches glacées durant le temps des Fêtes.

Absolument gourmand !

> Consultez la page Facebook du Bagado