La mode est clairement aux espaces où le bruit crée l’atmosphère. Même les lieux naguère feutrés — comme Le Club chasse et pêche — ont aujourd’hui leur bon niveau de décibels. Et dans bien des restaurants plus tranquilles, comme le Toqué! ou La Chronique, l’addition peut grimper. Comme s’il fallait payer une prime à la douceur. Voici donc quelques recommandations d’endroits où l’on peut manger et s’entendre parler.

Marie-Claude Lortie Marie-Claude Lortie
La Presse

Il Pagliaccio

Lancé en 2010 par des anciens du Latini, classique italien de toujours, Il Pagliaccio était l’un des restaurants préférés de mon père à la fin de sa vie.

Il aimait la qualité de la cuisine italienne simple et élégante — pensez aubergine au parmesan, escalope de veau au citron, pâtes aux palourdes — et le caractère feutré des lieux où l’on peut placoter longtemps sans être bousculé, en buvant un verre de vin classique.

Pas de crus « funky » ni de tatouages ici. On est dans un univers qui n’a pas bougé dans le temps. 

365, avenue Laurier Ouest, Montréal

Consultez le site du restaurant : https://www.restaurantilpagliaccio.com/

Chez Sophie

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Chez Sophie

Je le dis et le répète, on parle trop peu de cette excellente table montréalaise, où la cuisine et le service sont tout simplement impeccables.

Ce n’est pas un troquet de quartier. On y mange des girolles et du homard et des oursins… Et le menu dégustation est à 85 $. Mais tous les produits sont de grande qualité et la déco est élégante tout en étant très actuelle, tout comme la carte des vins.

Et il n’y a pas de trame sonore tonitruante ni de matériaux dont le but est d’amplifier le bruit pour créer une ambiance. Ici, l’atmosphère est douce et créée par la conversation autour de la table.

1974, rue Notre-Dame Ouest, Montréal

Consultez le site du restaurant : http://www.chezsophiemontreal.com/

Nourri au beurre

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Nourri au beurre

Souvent, trop souvent, on va dans des restos où la cuisine n’est pas à la hauteur des attentes créées par le buzz qu’on fait mousser sur les réseaux sociaux et par l’atmosphère du lieu bruyante comme si c’était le centre du monde.

Chez Nourri au beurre, à Boucherville, c’est l’inverse. Il n’y a aucune publicité, c’est tranquille, et on y mange vraiment pas mal du tout.

La cuisine du jeune chef David Godin-Pelletier mérite qu’on s’y arrête. Et ce qu’on perd avec la déco ordinaire, on le gagne en sérénité. C’est vraiment une bonne option pour s’asseoir entre amis et parler.

Prenez l’entrée de « raviolis » de céleri-rave aux crevettes ou le tataki de bœuf en croûte de café. Le soir, les entrées sont de 11 $ à 21 $ et les plats de 22 $ à 27 $, mais le midi, c’est de 5 $ à 19 $. Une bonne adresse sur la Rive-Sud. 

1052, rue Lionel-Daunais, bloc 400, local 402, Boucherville

Consultez le site du restaurant : https://nourriaubeurre.com/

Le café Ssense

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Le café Ssense

Si vous avez envie de prendre une bouchée loin du bruit et des foules dans le Vieux-Montréal, j’ai une idée : grimpez au café de Ssense, détaillant de vêtements de luxe d’avant-garde en ligne, mais qui a un pied-à-terre spectaculaire à côté de l’église Notre-Dame.

Le café, de style néo-brutaliste, est au cinquième étage d’un immeuble refait du début à la fin, tout en noir, avec beaucoup de béton, par le célèbre architecte britannique David Chipperfield.

Les prix des chaussures et autres vêtements griffés vendus chez Ssense ne sont pas exactement abordables, mais ceux du café demeurent relativement accessibles.

On a confié la gestion des lieux et la cuisine à l’équipe derrière le Pastel, soit Kabir Kapoor et Jason Morris.

La cuisine est donc minimaliste et créative, avec jus originaux aux couleurs vives. Mon coup de cœur quand j’y suis allée un midi ? Une salade préparée avec des crevettes de Matane, des petits pois et du céleri. Plats de 8 $ à 14 $. Jus à 8 $.

418, rue Saint-Sulpice, Montréal

Consultez le site du café : https://www.ssense.com/fr-ca