Différentes ressources font leur apparition au Québec avec une proposition concrète pour réduire les déchets alimentaires. Elles permettent du même coup de diminuer le montant de la facture d’épicerie, qui grimpe au rythme de l’inflation. Voici cinq moyens à portée de clic, pour consommer de manière écoresponsable et limiter les dépenses.

Publié le 12 janvier
Isabelle Morin
Isabelle Morin La Presse

Foody Savior : Manger local à prix réduit

IMAGE FOURNIE PAR FOODY SAVIOR

Foody Savior

Lancée au mois d’octobre, l’application montréalaise Foody Savior permet aux commerces d’alimentation et aux restaurants de liquider leurs invendus et de se les procurer, dans le cas des utilisateurs, au tiers du prix. Les aliments proviennent d’épiceries, de boulangeries et de restaurants répartis dans divers quartiers de la métropole, et couvrent un éventail de spécialités culinaires. Foody Savior revend ces denrées sous forme de paniers surprises que l’on réserve avant de les récupérer chez le marchand. L’application offre l’option de faire une sélection par préférences alimentaires et se présente sous une forme simple et efficace. Elle est offerte sur Google Play, mais tarde à faire son arrivée sur Apple Store. Elle promet toutefois d’y être présente sous peu.

Consultez le site de Foody Savior

Avec tout le gaspillage alimentaire généré en une année au pays, soit 11,2 millions de tonnes d’aliments propres à la consommation, l’ensemble des Canadiens pourrait être nourri pendant près de cinq mois.

Source : Recyc-Québec

Too Good to Go : Trop bons pour la poubelle

PHOTO TIRÉE DU SITE DE TOO GOOD TO GO

Too Good To Go

Too Good to Go permet également de sauver les invendus dans des cafés, magasins et restaurants. Les commerces offrent leurs paniers surprises en fin de journée à prix avantageux. On réserve sur l’application avant de récolter ses achats au commerce sélectionné. On peut s’attendre à tout. Le marchand décide de ce qui figurera dans le panier en fonction des produits qu’il doit écouler. Au moment de notre visite sur l’application, on y trouvait entre autres des plats préparés chez Au Pain doré à 7,99 $ plutôt que 24 $ et un panier surprise de la Boîte à pain à 5,99 $ au lieu de 18 $. Too Good To Go a été lancée au Danemark en 2015 et a depuis fait son chemin. La formule a fait ses preuves et l’offre est déjà intéressante à Montréal. Elle est offerte sur Google Play et Apple Store.

Consultez le site de Too Good to Go

Le lait est encore bon sept jours suivant sa date de péremption et le yogourt, deux semaines après. La période de consommation s’étire jusqu’à quatre semaines après la date limite dans le cas des œufs.

Source : Food Hero

Marché Second Life : Donner vie aux aliments imparfaits

PHOTO FOURNIE PAR SECOND LIFE

Marché Second Life

Second Life rescape des produits « moches » en privilégiant, dit-elle, le goût plutôt que l’apparence. L’année dernière, l’entreprise locale, malgré ce que peut laisser croire son nom, faisait ses débuts en mettant en contact sa clientèle avec des fermes québécoises désireuses d’écouler leurs fruits et légumes imparfaits. Depuis l’automne, elle agrandit son offre avec Fièrement différents. Ce nouveau volet ouvre le concept à d’autres aliments qui sont en surplus ou qui ne répondent pas aux critères des épiceries classiques, que ce soit en raison de leur apparence ou en raison d’erreurs d’emballage. On y trouve des pains, desserts, tartinades, collations, condiments, boissons et épices. Les prix sont généralement avantageux, mais il faut garder l’inventaire à l’œil. L’offre, encore modeste, est appelée à se bonifier avec la collaboration de nouveaux acteurs. Les achats peuvent être récupérés aux points de collecte ou par livraison à domicile (5 $).

Consultez le site de Marché Second Life

Les ménages montréalais sont responsables de 21 % du gaspillage alimentaire au Canada. Le Montréalais moyen produit environ 464 kg de déchets chaque année, dont plus de la moitié finit dans une décharge.

Source : The Avoidable Crisis of Food Waste (2019)

Food Hero : Soyez un héros du zéro déchet

IMAGE EXTRAITE DU SITE DE FOOD HERO

Food Hero

Food Hero a l’avantage de couvrir l’ensemble des produits frais vendus dans des épiceries classiques et qui sont vendus, avant d’être périmés, autour de la moitié de leur prix courant. Elle rassemble différentes franchises des épiciers Metro, IGA et Rachelle-Béry, même si toutes n’y figurent pas. Au moment de notre visite, des côtes levées étaient vendues 8,10 $ pour 772 g (plutôt que 16,20 $), un pouding chômeur, à 4 $ plutôt qu’à 7,99 $. L’application offre aussi des statistiques qui permettent de constater l’incidence du geste sur l’environnement ; par exemple, une quantité de 0,4 kg de bœuf haché maigre, acheté chez Rachelle-Béry, permet de justifier une dépense de 0,08 kg de CO2 qui n’aura pas été répandu en vain. Food Hero est offerte sur Google Play et Apple Store.

Consultez le site de Food Hero

60 % des 5,8 millions de tonnes de matières résiduelles éliminées chaque année au Québec sont des matières organiques.

Source : ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Flash Food : l’épicerie en mode vert

PHOTO EXTRAITE DU SITE DE FLASH FOOD

Flash Food

Les épiciers Loblaws et Maxi contribuent également à éliminer le gaspillage alimentaire grâce à leur application Flash Food, conçue pour Android et Apple. L’appli permet de suivre les économies d’argent sur un mode annuel et celles d’émissions de CO2. Comme sa consœur Food Hero, Flash Food offre un large éventail de produits frais à près de 50 % de rabais, qui approchent de leur date de péremption tout en étant propres à la consommation. Il suffit ensuite de récupérer sa commande dans la zone Flashfood du commerce participant et de confirmer ses achats auprès du service à la clientèle.

Consultez le site web de Flash Food