La crise actuelle invite à poser un nouveau regard sur l’alimentation et les produits que l’on consomme. Plus que jamais, s’approvisionner auprès de producteurs québécois prend son sens comme moyen concret de soutenir l’industrie agroalimentaire locale, de diminuer son empreinte écologique et de faire preuve de solidarité. Diverses entreprises émergent dans ce mouvement.

Isabelle Morin Isabelle Morin
La Presse

Maturin, en ligne depuis l’an dernier, est un marché numérique d’alimentation qui propose de faire son épicerie en ligne, sans autre intermédiaire avec les producteurs. La plateforme offre déjà plus de 1500 produits en provenance de près de 250 producteurs ou transformateurs bioalimentaires d’ici.

Chaque semaine, l’épicerie en ligne suggère une boîte de produits à découvrir contenant différents aliments produits ou transformés au Québec. Ce panier est offert en trois formats – familial (100 $), pour deux personnes (75 $) ou une seule (50 $). On peut aussi y faire ses achats à la pièce de laitages, de fruits et légumes, de viandes et poissons ou de produits divers qui vont de la sauce bolognaise au caramel au sel. La livraison — « sans contact », précise-t-on — est offerte gratuitement en 48 heures, entre autres à vélo, pour assurer l’efficacité du service dans certaines zones.

IMAGE TIRÉE DU SITE DE MATURIN

Le panier de Maturin est offert en trois formats.

L’approvisionnement local est aussi au cœur d’une campagne pilotée par l’Union des producteurs agricoles (UPA) baptisée « Mangeons local plus que jamais ». L’initiative, portée sur les réseaux sociaux avec le mot-clic #LocalPlusQueJamais, vise à inciter les Québécois à consommer des aliments frais produits ici.

Pour populariser cette idée, l’UPA diffuse chaque semaine des témoignages de producteurs locaux qu’il sera possible de voir et de partager sur les réseaux sociaux. L’animatrice et chanteuse Marie-Eve Janvier prête sa voix à une publicité en soutien à ce que ses initiateurs qualifient déjà de « mouvement ». Sur le site de l’UPA, on peut aussi s’abonner à un panier de légumes biologiques offert par le Réseau des fermiers de famille. On y trouve également un lien vers Le Panier bleu qui répertorie près de 1000 producteurs locaux qui font de la vente directe. 

> Consultez le site de Maturin

> Consultez le site de l’UPA