Pour vous aider à choisir ce que vous mettez dans votre panier, des nutritionnistes analysent quatre aliments du temps des Fêtes.

Marie Allard Marie Allard
La Presse

Sandwichs au pain d’épice Snö

PHOTO FOURNIE PAR LE FABRICANT

6,99 $ pour trois sandwichs (300 ml)

Sans soya, sans arachides et sans noix, sans gluten, sans produits laitiers.

Promesse : « Bonhomme pain d’épice 100 % végane, délicieux et local », dit Snö.

Réalité : C’est vrai. Ces mignons sandwichs glacés sont faits avec de l’aquafaba (de l’eau de cuisson de pois chiches), du sucre, des farines (de riz brun, de tapioca, etc.), de l’huile de canola, de la purée de pomme, etc.

Ils contiennent « essentiellement des ingrédients naturels », observe Jaimie Yue, nutritionniste chez Nutrivie santé. « On note l’absence de plusieurs allergènes communs dans ce produit, ce qui en fait un choix intéressant pour les personnes intolérantes ou allergiques au gluten, soya, produits laitiers, noix et les personnes végétaliennes. »

Fabriqués par l’entreprise Snö, de Trois-Rivières, ces sandwichs glacés sont faibles en gras saturés. Ils sont toutefois « un peu plus riches en sucres que les sandwichs glacés réguliers, à base de produits laitiers », indique la nutritionniste.

Bûche La bomba rosa de Madame Labriski

PHOTO FOURNIE PAR LE FABRICANT

24,99 $ pour 850 g

Sans sucre raffiné ajouté, sans produits laitiers, sans gluten, sans arômes ni colorant artificiel.

Promesse : « La plus décadente des bûches santé au Québec », dit Madame Labriski.

Réalité : Faite avec de la purée de dattes, de la purée de framboises, des œufs, de la noix de coco, etc., cette bûche se distingue du lot. « Sa liste d’ingrédients est intéressante puisqu’elle est courte, simple et composée surtout d’aliments que l’on reconnaît et que l’on pourrait avoir à la maison », souligne Isabelle Thibault, nutritionniste et membre du regroupement Nutritionnistes complètement NUT.

« Si le goût de cette bûche nous charme, il s’agit certes d’un choix judicieux sur le plan nutritif, estime-t-elle. La qualité des ingrédients lui permet une teneur en gras et en sucres bien plus modérée que plusieurs autres types de bûches du commerce, qui sont plus traditionnellement à base de gâteau, de crémage, de garniture chocolatée et de crème fouettée ou glacée. »

NDLR: L'entreprise Madame Labriski a procédé au rappel de cette bûche en raison en raison de la présence non déclarée de soya, d'œufs, de lait, de sésame, de noix et d'arachides.

Nog aux amandes Earth’s Own

PHOTO FOURNIE PAR LE FABRICANT

3,69 $ pour 946 ml

Végétalien, sans soya, sans produits laitiers, sans OGM, sans œuf, sans carraghénane.

Promesse : « Même si vous dites non aux produits laitiers, vous pouvez dire oui à cette délicieuse tradition des Fêtes », dit Earth’s Own.

Réalité : Solution de rechange à l’eggnog, ce nog aux amandes au goût de muscade « contient presque quatre fois moins de sucre que le lait de poule traditionnel de Québon », analyse Jaimie Yue. Il est toutefois « moins riche en protéines, car c’est un breuvage à base d’amande, sans jaune d’œuf », ajoute-t-elle.

« Les allégations nutritionnelles (végétalien, sans soya, sans produits laitiers, sans OGM, sans œuf, sans carraghénane) peuvent nous faire penser que ce breuvage est moins transformé, mais ce n’est pas le cas, observe la nutritionniste. Il contient quand même des additifs alimentaires, comme la gomme de caroube et la gomme gellane, qui sont des agents épaississants. Ça reste tout de même une alternative intéressante pour célébrer le temps des Fêtes, pour les personnes végétaliennes ou qui ont une allergie ou intolérance au lait et/ou aux œufs. »

Tourtière végane Vegeat

PHOTO FOURNIE PAR LE FABRICANT

13,99 $ pour 600 g

Promesse : « Retrouvez le goût de la tourtière de grand-maman, mais sans viande ! » dit Vegeat.

Réalité : Cette tourtière végane est décevante. Sa liste d’ingrédients « comporte malheureusement plus d’ingrédients culinaires (dont le shortening, qui est riche en gras saturés) et d’additifs (ex. : propionate de sodium) que d’aliments (ex. : oignons), explique Isabelle Thibault. Plusieurs aliments sont ultra-transformés, comme les protéines de pois. Si on cuisinait nous-même ce type de mets à la maison, on utiliserait davantage d’aliments frais ou minimalement transformés, comme des pois secs entiers ou cassés ».

C’est dommage, mais « une portion modérée de cette tourtière est riche en gras saturés et en sodium, lesquels ne sont pas favorables à la santé cardiovasculaire s’ils sont consommés en excès, rappelle la nutritionniste. On a tendance à penser que les options végés sont automatiquement plus modérées en gras saturés puisque, contrairement à la viande, les légumineuses et le soya (sources de protéines végétales pour remplacer la viande) en contiennent très peu. Or, ce n’est pas le cas ici ».

Il reste que « si on est végétarien ou que notre convive l’est et qu’on veut prendre congé de la cuisine, on peut apprécier le fait que de telles options existent », convient Isabelle Thibault. Ce n’est pas un morceau de tourtière à Noël qui empêche d’avoir une alimentation équilibrée à l’année.