Pour combattre la dépression, le chocolat noir pourrait être une arme de choix. Selon une étude publiée dans la revue spécialisée Depression and Anxiety, la consommation de chocolat noir serait associée à une réduction des risques de symptômes cliniques de dépression.

Marie Tison Marie Tison
La Presse

Une douzaine de chercheurs de neuf pays différents, dont le Canada, ont analysé des données recueillies auprès de 13 626 adultes américains qui ont participé à une série de sondages, le National Health and Nutrition Examination Survey, entre 2007 et 2014.

Les chercheurs ont établi une distinction entre la consommation de chocolat noir et celle d’autres types de chocolat. Ils ont ainsi découvert que la consommation de chocolat « non noir » n’était pas associée à une réduction significative des risques de symptômes de dépression. Or, la réduction était significative pour les consommateurs de chocolat noir.