La semaine dernière, j’ai écrit que sans étiquetage obligatoire, il est difficile de savoir ce que contient un vin. Quoi ? Il peut contenir autre chose que du raisin ? Certainement : des dizaines d’additifs, selon les réglementations locales, sont permis dans l’élaboration du vin. Et encore plus de manipulations pour ajuster l’alcool, l’acidité, la texture, les arômes. Entre un vin très naturel et un vin très industriel, il y a autant de différence qu’entre un fromage artisanal au lait cru et des tranches de fromage Kraft !

Abordable : une juste expression du Dão

D’un très bon rapport qualité-prix, ce vin bio offre aussi une juste expression de sa région, le Dão, au sud du Douro. Le cépage jaen (connu sous le nom de mencía en Espagne) est assemblé avec de l’alfrocheiro, de la touriga nacional et de la tinta roriz, cultivés en altitude sur des terroirs de sables granitiques. La couleur est profonde et le nez sombre, peu bavard. À l’aération, quelques notes de mûre, de prune, de garrigue et d’épices se développent. Très sec, il fait preuve de matière, avec une puissance contenue, mais aussi beaucoup de finesse et de fraîcheur. Des tanins fins, modérés, apportent du grain et une pointe de fermeté et en font un compagnon idéal des grillades : saucisses, côtelettes de porc, brochettes de bœuf et légumes.

Garde : de 1 à 2 ans

Quinta das Maias Dão 2022, 17,25 $ (14070472), 13 %, bio

Consultez la fiche de la SAQ

Classique : un rosé qui se démarque

PHOTO TIRÉE DU SITE DE LA SAQ

Le Loup Blanc Le Régal Rosé Coteaux du Languedoc 2023

Assemblage classique pour un rosé du Midi, ce vin bio, élaboré le plus naturellement possible, est issu de grenache surtout, avec un tout petit peu de cinsault. Mais il se démarque du style provençal : sa couleur est un peu plus soutenue, ses arômes sont distincts, marqués par la garrigue et les épices, et il fait preuve de structure. Comme si les collines arides et la végétation du Languedoc lui conféraient un caractère un brin plus sauvage, en tout cas assurément singulier. Le nez, plutôt retenu, s’ouvre doucement sur des notes de fruit mûr – pomme rouge, fraise, orange – auxquelles s’ajoutent beaucoup de notes d’épices, d’anis, de garrigue, même une pointe de saucisson. Très sec et savoureux, il s’étire sur de très légers tanins et de délicats amers qui apportent de la mâche et qui appellent la table : gaspacho, salade niçoise, pissaladière, petits farcis à la provençale.

Garde : à boire

Le Loup Blanc Le Régal Rosé Coteaux du Languedoc 2023, 21,50 $ (12883429), 13,5 %, bio

Consultez la fiche de la SAQ

Découverte : un vin blanc différent

PHOTO TIRÉE DU SITE DE LA SAQ

Domäne Wachau MTX Müller Thurgau Extrem Weinland 2022

Le Müller Thurgau est un croisement allemand entre le riesling et la madeleine royale, un cépage presque disparu. Ses gros rendements l’ont rendu très populaire au siècle dernier pour la production de vins bas de gamme. Mais celui-ci d’Autriche est tout autre chose ! Les vignes de 60 ans sont cultivées sans insecticides, sans herbicides ni engrais chimique, en altitude, sur des terrasses abruptes aux sols de gneiss. Une courte macération pelliculaire est suivie d’une fermentation en cuve béton ovoïde. Pâle, légèrement trouble, il offre un joli nez subtil, frais, délicatement floral, avec des notes de raisin, d’agrume, d’orange. Très sec, léger, il fait néanmoins preuve de tenue avec beaucoup de fraîcheur et du grain à la texture. Pas un vin orange – il n’en a ni l’intensité ni la trame tannique –, mais plutôt un vin blanc différent, avec de la texture et du grain, et beaucoup de finesse. Tartare de poisson aux agrumes, poissons fumés ou frits, sushis, croquettes de crabe.

Garde : de 2 à 3 ans

Domäne Wachau MTX Müller Thurgau Extrem Weinland 2022, 28,45 $ (14887693), 12,5 %

Consultez la fiche de la SAQ