Personne ne peut affirmer, de façon universelle, ce qui est bon ou ne l’est pas. Une odeur infecte pour certains peut être agréable pour d’autres. Je ne parle pas d’un vin qui est défectueux, mais qui peut présenter des concentrations un peu plus élevées de brettanomyces, d’acidité volatile ou qui fait simplement preuve d’un peu de réduction. Dans ce dernier cas, une aération suffira à l’en débarrasser. Sinon, rebouchez-le, mettez-le au frigo et goûtez-y de nouveau le lendemain. Parce que les vins changent, et nous aussi. Je répète souvent que goûter des vins qu’on aime moins fait partie de l’apprentissage : ça nous aide à définir nos préférences et aussi à mieux comprendre le vaste monde du vin.

Véronique Rivest Véronique Rivest
Sommelière, collaboratrice invitée

Fascinant et intrigant

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Glinavos Paleokerisio Ioannina 2018

Les paysages de cette région de Grèce, près de l’Albanie, rappellent la Suisse ou l’Autriche. Loin des plages méditerranéennes, elle est connue pour ses vins blancs pétillants, secs ou demi-secs, à base du cépage debina, qui donne des vins légers. Ici, la vieille tradition d’une macération pelliculaire avant la fermentation apporte couleur (orange) et texture au vin. Très aromatique et complexe avec des notes d’écorce d’orange, de thé, de bergamote, d’abricots et de pomme blette. Et aussi des notes d’écurie. Vingt-six grammes de sucre résiduel présents à l’attaque se dissipent grâce à une acidité fraîche, une bulle délicate et de légers tanins. Fascinant et intrigant, il ne cesse d’évoluer. Sûrement très polyvalent à table : cuisine japonaise, poissons fumés, charcuterie, feta à l’huile et aux herbes. Amusez-vous !

Garde : à boire

Glinavos Paleokerisio Ioannina 2018, 14,00 $ (13959915), 500 ml, 10,5 %

Parfait pour des plats de semaine

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Moraza Tempranillo Rioja 2018

Les vins de la Rioja ont beaucoup changé depuis une vingtaine d’années. La pratique de longs élevages en barriques, longtemps la norme, laisse maintenant de la place à des vins sans bois. Comme ici avec ce tempranillo élevé en cuve béton. Marqué par la réduction à l’ouverture, il présente des notes animales. Quelques heures d’aération ou un passage en carafe devraient les dissiper et révéler un fruit affriolant. Des notes de cerise et de framboise, d’anis et d’épices, un peu de cuir et de tabac se développent dans une bouche gourmande, fraîche et gouleyante, aux tanins modérés. À servir légèrement rafraîchi avec des légumes ou des saucisses grillés, un poulet rôti, une pizza aux champignons.

Garde : 2 ou 3 ans

Moraza Tempranillo Rioja 2018, 18,30 $ (12473825), 13 %, bio

Plein de soleil

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Château Coupe-Roses Granaxa Minervois 2015

Voilà une très belle expression de grenache (avec 10 % de syrah), qui offre tout le charme fruité du cépage, avec de la tenue, de la complexité et un équilibre sans faille. Le nez, fruité et parfumé, offre déjà beaucoup de plaisir avec des arômes de pomme de tire, de cerise, d’anis, un peu de fleurs et de garrigue. La bouche est suave, chaleureuse certes, mais très harmonieuse, avec de légères aspérités tanniques qui apportent du relief et de la fraîcheur. Un vin plein de soleil qui vous transportera dans les collines du Minervois. À passer en carafe et à déguster avec des côtelettes d’agneau aux herbes, un gigot avec jus de viande à l’anis, un couscous aux merguez.

Garde : de 4 à 6 ans

Château Coupe-Roses Granaxa Minervois 2015, 26,15 $ (862326), 14,5 %, bio