(Guadalajara) Le narcotrafiquant mexicain Joaquin Guzman, alias « El Chapo », a beau être sous les verrous aux États-Unis où il purge une peine de prison à vie, il sert d’argument publicitaire pour une bière artisanale présentée par sa fille comme la dernière création en date de la marque Chapo 701.

Agence France-Presse

« Elle n’est pas encore en vente, c’est juste une présentation » de cette bière pour « un nouveau lancement », a déclaré mardi à l’AFP Adriana Uriarte, gérante du stand de cette marque au salon de mode international IM Intermoda México à Guadalajara, la deuxième plus grande ville du Mexique.

La bouteille d’El Chapo Lager, qui titre 4° d’alcool, arbore une étiquette noire, marron et blanche avec, en médaillon, le visage du narcotrafiquant moustachu.

La bière est en passe de recevoir l’autorisation d’être mise sur le marché, selon Mme Uriarte.

C’est le dernier produit en date d’une gamme commercialisée depuis un peu moins d’un an en utilisant l’image d’El Chapo pour une marque appartenant à Alejandrina Guzmán, une fille du narcotrafiquant.

PHOTO ULISES RUIZ, AFP

Au catalogue de la marque El Chapo 701 figurent également des portefeuilles, des t-shirts, des casquettes (notre photo) et des bracelets. Le chiffre 701 correspond au classement du narcotrafiquant sur la liste Forbes des personnes les plus riches du monde en 2009.

Au catalogue de la marque El Chapo 701 figurent également des portefeuilles, des t-shirts et des bracelets. Le chiffre 701 correspond au classement du narcotrafiquant sur la liste Forbes des personnes les plus riches du monde en 2009.

Les produits de la marque sont pour le moment disponibles uniquement en ligne, mais elle prévoit d’ouvrir son premier magasin en février à Guadalajara, où elle a été créée. La marque se prévaut de faire concevoir et fabriquer ses produits au Mexique.

« El Chapo » a été condamné en juillet 2019 aux États-Unis à la réclusion à perpétuité. Joaquin Guzman a cofondé le cartel de Sinaloa, encore considéré comme le principal pourvoyeur de la drogue entrant aux États-Unis, et a acheminé dans ce pays au moins 1200 tonnes de cocaïne sur un quart de siècle.