La Cave de Plaimont, dans le sud-ouest de la France, est un chef de file dans la préservation du patrimoine ampélographique. Elle a créé en 2002 un conservatoire de cépages locaux anciens afin de les protéger et de les faire découvrir. Partout ailleurs dans le monde viticole, cet engouement pour les vieux cépages indigènes se développe pour de multiples raisons. La volonté d’élaborer des vins singuliers, non « formatés », y est pour beaucoup. Des vins ancrés dans le terroir, souvent mieux adaptés aux conditions locales que des cépages importés ou imposés pour des raisons productivistes.

Véronique Rivest
Véronique Rivest Sommelière, collaboratrice invitée

Fruité et mielleux

Plaimont est une union de coopératives du Sud-Ouest. Elle regroupe 800 familles de vignerons, qui ensemble exploitent plus de 5000 hectares de vignes. Elle fait un travail remarquable pour préserver et valoriser le patrimoine viticole, très riche, du Sud-Ouest. Cette cuvée est élaborée avec les cépages locaux gros manseng, petit courbu et arrufiac – ce dernier ayant été sauvé de l’extinction grâce au travail mené par Plaimont. Aromatique, il s’ouvre sur des notes de fruit à noyau, de pomme jaune et d’écorce d’agrume, avec une pointe de miel et de cire d’abeille. Très joli en bouche, sec, rond et juteux, et en même temps très frais. Pas très complexe, mais vraiment savoureux et très bien fait. À essayer avec un poisson (en tartare ou cuit) avec pêches ou mangues, herbes aromatiques, agrumes.

Plaimont Les Cépages Préservés Saint Mont 2017, 16,95 $ (14397387), 13,5 %

Garde : de 1 à 2 ans

> Consultez la fiche de la SAQ

Le renouveau du cinsault

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Château La Martinette Rollier Côtes de Provence 2019

Le cinsault a longtemps été cultivé pour ses rendements élevés. Ce cépage connaît aujourd’hui un renouveau dans de nombreux vignobles, où on tire des rendements limités de ses vieilles vignes pour donner de très bons vins en Afrique du Sud, au Chili, en Californie et en Australie. Mais c’est dans le sud de la France qu’il est le plus cultivé, surtout pour la production de rosé. Comme ici, où il est assemblé avec ses comparses habituels, syrah, grenache, mourvèdre et aussi tibouren, un cépage très ancien. Le nez fin s’ouvre sur des arômes de pêche, de pomme rouge, d’agrume et d’écorce d’orange, de garrigue et de lavande. Très sec et tonique, avec de la tenue et de la structure, il sera idéal à table avec un carpaccio de pétoncles à la pomme grenade ou une tarte aux tomates.

Château La Martinette Rollier Côtes de Provence 2019, 21,50 $ (13448699), 13,5 %

Garde : de 1 à 2 ans

> Consultez la fiche de la SAQ

Fraîcheur florale

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

La Colombière Les Frontons Flingueurs Fronton 2019

On connaît encore mal les origines exactes du cépage négrette, mais il est cultivé dans ce coin de France, au nord de Toulouse, depuis des lustres. Cépage principal de l’appellation Fronton, il donne des vins de caractère, singuliers, fruités et épicés, avec une fraîcheur florale. Voici une sympathique cuvée pour s’y initier, élaborée de façon très naturelle. Un nez intense de mûre ouvre le bal, avec des notes de violette, de poivre, de garrigue et une pointe animale, viandée. Sec et tonique en bouche, avec un fruit très mûr, un éclat floral, beaucoup de fraîcheur, de très légers tanins et un caractère assurément gouleyant. À servir rafraîchi avec un plateau de charcuteries, un steak frites, des saucisses grillées, une pizza toute garnie.

La Colombière Les Frontons Flingueurs Fronton 2019, 21,85 $ (14228516), 12 %, bio

Garde : de 1 à 2 ans

> Consultez la fiche de la SAQ