(Wellington) Au début de la pandémie, l’Afrique du Sud a pris la décision très controversée d’interdire la vente d’alcool. Cette stratégie a fonctionné : les accidents et la criminalité ont reculé, soulageant les hôpitaux qui devaient se préparer à l’afflux de malades du coronavirus.

Tanya STEENKAMP
Agence France-Presse

Mais elle a eu des conséquences catastrophiques pour la filière viticole du pays, l’une des plus importantes au monde, qui emploie 300 000 personnes.  

« En raison de l’interdiction des ventes d’alcool, environ 18 000 emplois ont été perdus », estime Maryna Calow, porte-parole de l’organisation Wines of South Africa qui assure la promotion des vins locaux.

« On estime qu’à long terme, jusqu’à 80 de nos caves vont fermer », ajoute-t-elle à l’AFP.

En plus d’interdire la vente d’alcool pendant neuf semaines, les autorités sud-africaines ont aussi prohibé les exportations de vin pendant six semaines, un coup très dur pour la filière.

« Nous sommes le seul pays au monde où les exportations de vin n’étaient pas autorisées », s’indigne Boyce Lloyd, PDG de KWV, l’un des principaux producteurs.

Les deux interdictions ont finalement été levées, seulement partiellement pour la vente d’alcool qui reste interdite du vendredi au dimanche. Mais le mal est fait.

Dans des pays comme le Canada, la Suède, la Finlande, les millésimes sud-africains, qui se vendaient très peu à cause de la suspension des exportations, ont disparu très rapidement des rayons, explique le patron de KWV.

« Quand vous n’avez pas de stock, vous ne pouvez évidemment pas vendre et […] vous perdez votre place sur les étals. C’est un vrai risque que nous courons », regrette Boyce Lloyd qui fait campagne pour que les vignerons ne « soient pas punis pour des limitations imposées par le gouvernement ».

« Lâcher de taureaux »

Avec l’interdiction d’exporter, « le robinet s’est retrouvé tout à coup à sec », a lui aussi constaté James Mckenzie, propriétaire du domaine Nabygelegen à Wellington (sud).  

PHOTO MARCO LONGARI, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le propriétaire du domaine Nabygelegen, James McKenzie

Les acheteurs internationaux sont désormais frileux et cherchent des vins d’autres pays « au cas où il y aurait de nouveau un problème » en Afrique du Sud, ajoute-t-il. « Ce sont des décisions qui pourraient nous affecter dans les années à venir. »

Même les interdictions levées, la situation reste donc extrêmement compliquée pour les vignerons, d’autant qu’ils doivent faire face à des retards significatifs dans les exportations.

« Au terminal du Cap (sud-ouest), il y a eu de gros problèmes de personnel qui a contracté le coronavirus. Il fonctionne à 50 % de sa capacité », explique Boyce Lloyd.

PHOTO MARCO LONGARI, AGENCE FRANCE-PRESSE

En moyenne, les retards de livraison sont de l’ordre de deux à trois semaines actuellement, précise-t-il.

Avant le confinement, 90 % des exportations étaient livrées dans les temps. En juin, ce chiffre est tombé à 55 %.

Selon Maryna Calow, des producteurs rencontrent aussi des difficultés pour importer des bouchons du Portugal ou encore du verre d’Europe pour leurs bouteilles, ce qui complique encore leur travail.

Seul rayon de soleil dans ce ciel très nuageux, les viticulteurs sud-africains ont tous observé une explosion de leurs ventes depuis la levée, début juin, de l’interdiction de la vente des alcools.  

« Les gens n’ont pas pu acheter d’alcool pendant deux mois, du coup on doit gérer maintenant l’accumulation des commandes », explique Boyce Lloyd.

La demande est telle que KWV a même dû fermer temporairement son service de commandes en ligne.

« On a simplement dit : “Désolé mais on ne peut pas gérer les commandes en ligne” », explique Boyce Lloyd.

« L’ouverture le 1er juin, c’était comme un lâcher de taureaux dans l’arène. Les acheteurs venaient et on ne pouvait pas se frayer un passage », se rappelle James Mckenzie. « C’est très bon pour nous, mais je ne sais pas si ça va rattraper deux mois de pertes ».