Félix Leclerc en a chanté les charmes, mais il y a beaucoup plus que de beaux paysages dans l’île d’Orléans. Reconnue pour ses petits fruits et ses vignobles, la bucolique destination accueille plusieurs nouvelles adresses qui raviront les gourmets. Prêt pour un petit tour ?

Publié le 22 juin
Iris Gagnon-Paradis
Iris Gagnon-Paradis La Presse

Le nouveau chapitre des sœurs Monna

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Les sœurs Anne et Catherine Monna prennent l’apéro sur la terrasse de La Midinette.

Après avoir pris la relève avec succès de l’entreprise Cassis Monna & Filles, fondée par leur paternel, les sœurs Monna mettent le cap sur Saint-Jean-de-l’Île-d’Orléans avec leur nouveau projet, La Midinette, une boulangerie de fantaisie et buvette qui ouvrira sous peu. Rencontre.

Cassis Monna & Filles est une destination gourmande emblématique et très courue de l’île d’Orléans. Situé tout près du pont, à Saint-Pierre, l’endroit a été fondé il y a 30 ans par Bernard Monna, portant l’héritage familial de cinq générations de liquoristes avant lui. L’homme, allumé, a vu bien avant d’autres le potentiel touristique de ces terres. C’est lui qui a eu la brillante idée de cultiver ce petit fruit qui aime bien le froid pour en faire un alcool.

Depuis 20 ans, ce sont celles que tout le monde appelle « les sœurs Monna », Anne et Catherine, qui ont pris naturellement la relève, elles qui vendaient les produits dans un kiosque de bord de route durant leur adolescence.

« Quand on a commencé, les gens ne connaissaient pas du tout le cassis, ils étaient surpris par les produits qu’on proposait. On a contribué à montrer qu’on pouvait faire des alcools de qualité au Québec », remarque fièrement Anne Monna. Et pas qu’un peu : les produits alcoolisés de Cassis Monna & Filles ont remporté nombre de prix et de distinctions dans des compétitions internationales.

  • Une cave à vin et une boutique gourmande permettent de découvrir les produits de Cassis Monna & Filles toute l’année.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Une cave à vin et une boutique gourmande permettent de découvrir les produits de Cassis Monna & Filles toute l’année.

  • Anne et Catherine Monna ont pris la relève de l’entreprise fondée par leur père.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Anne et Catherine Monna ont pris la relève de l’entreprise fondée par leur père.

  • Lancée l’an dernier, la vodka artisanale à base de cassis a remporté deux fois la médaille d’or à l’International Wine & Spirit Competition, en 2021 et en 2022.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Lancée l’an dernier, la vodka artisanale à base de cassis a remporté deux fois la médaille d’or à l’International Wine & Spirit Competition, en 2021 et en 2022.

  • Un alambic permet à l’entreprise de distiller son vin de cassis pour en faire de la vodka, et bientôt un gin !

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Un alambic permet à l’entreprise de distiller son vin de cassis pour en faire de la vodka, et bientôt un gin !

  • Au restaurant La Monnaguette, on déguste des plats qui mettent en valeur le cassis et les produits de l’île d’Orléans.

    PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE CASSIS MONNA & FILLES

    Au restaurant La Monnaguette, on déguste des plats qui mettent en valeur le cassis et les produits de l’île d’Orléans.

  • Une petite crème molle au cassis, avec ça ?

    PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE CASSIS MONNA & FILLES

    Une petite crème molle au cassis, avec ça ?

1/6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sœurs ont dynamisé et diversifié l’entreprise qui exploite 22 hectares dans l’île, notamment avec l’ouverture du restaurant estival La Monnaguette, où les produits dérivés du petit fruit sont à l’honneur, d’une crémerie (la molle au cassis est un plaisir divin !) et d’une cave à vin et boutique gourmande, ouvertes à l’année. On peut y déguster et se procurer les nombreux produits de l’entreprise, qui vont de la réputée crème de cassis à la vodka artisanale de cassis (et bientôt un gin), distillée sur place, en passant par des confitures, des savons, etc.

« On travaille fort depuis 20 ans pour dire aux gens de la région de venir faire un tour à l’île. C’est à côté et c’est si beau ! Durant la pandémie, beaucoup de gens nous ont découverts », dit Catherine.

Il y a beaucoup de nouveaux commerces dans l’île, ça bouge, et on remarque un rajeunissement de la clientèle.

Catherine Monna, de l’entreprise Cassis Monna & Filles

La construction, fort nécessaire, d’un nouveau pont, dont la livraison est prévue pour 2027, devrait accentuer cette tendance.

Faire la midinette

  • Des viennoiseries seront à l’honneur à La Midinette.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Des viennoiseries seront à l’honneur à La Midinette.

  • C’est dans l’ancienne Boulange que La Midinette s’installera, à Saint-Jean-de-l’Île-d’Orléans.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    C’est dans l’ancienne Boulange que La Midinette s’installera, à Saint-Jean-de-l’Île-d’Orléans.

  • L’endroit proposera de bonnes choses à manger dès l’heure du dîner et pour l’apéro.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    L’endroit proposera de bonnes choses à manger dès l’heure du dîner et pour l’apéro.

  • Les clients pourront profiter de la jolie terrasse de La Midinette.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Les clients pourront profiter de la jolie terrasse de La Midinette.

  • La Midinette ouvrira bientôt ses portes au public.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    La Midinette ouvrira bientôt ses portes au public.

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les frangines ont décidé de s’embarquer dans un autre projet : la reprise de La Boulange, boulangerie bien connue à Saint-Jean-de-l’Île-d’Orléans, installée dans un ancien presbytère, et qui a connu plusieurs propriétaires au fil des ans. « C’est une place incroyable et magnifique ! », lance Catherine. « C’est vraiment une autre atmosphère de ce côté-ci de l’île, on est près du fleuve, il y a la grève, c’est assez magique. Ici, on aura l’occasion de montrer une autre facette de notre personnalité », ajoute Anne.

Au cours de notre rencontre, en mai, l’endroit subissait des rénovations majeures et une remise à neuf, mais les boiseries et autres éléments patrimoniaux seront conservés et mis en valeur. L’ouverture devrait se faire progressivement aux alentours de la fête nationale du Québec.

La Midinette se veut à la fois buvette et boulangerie de fantaisie. Contraction de « midi » et de « dînette », le mot désigne une jeune fille frivole et sentimentale. « C’est un peu comme la petite sœur de la Monnaguette qui est partie prendre du soleil », énonce joliment Catherine.

La Boulange à l’honneur

Les viennoiseries gourmandes qui ont fait la réputation de La Boulange seront toujours au menu. « On a engagé d’anciens employés grâce à qui on peut revenir aux recettes originales », explique Catherine. On pourra y déguster un court menu « inspiré des îles et des vacances » et s’y arrêter pour siroter un verre de vin ou un cocktail tout en profitant de l’air salin.

« Pour visiter l’île d’Orléans, c’est très simple : tu prends une route, tu t’arrêtes où tu veux, tu n’as pas besoin de le planifier. Il y a de vieilles maisons à admirer, de beaux paysages, plein de produits du terroir, des vignobles… Venir faire le tour de l’île, ça peut se faire sur un coup de tête ! », lance Anne Monna.

Cassis Monna & Filles, 1225, chemin Royal, Saint-Pierre-de-l’Île-d’Orléans

La Midinette, 4624, chemin Royal, Saint-Jean-de-l’Île-d’Orléans

Consultez le site de Cassis Monna & Filles
Consultez la page Facebook de La Midinette

Cinq destinations à savourer

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Un fromage frais végétalien chez Radis

Ça bouge dans l’île d’Orléans : nouvelles ouvertures, déménagements, espaces rénovés. Il y a vraiment de tout pour se régaler et s’abreuver. Voici un petit circuit en cinq étapes pour savourer l’île.

Cherche et trouve

  • Le café caché Le jardin secret

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Le café caché Le jardin secret

  • Sur place, on peut déguster différentes boissons, dont le café du microtorréfacteur local Le Fantôme.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Sur place, on peut déguster différentes boissons, dont le café du microtorréfacteur local Le Fantôme.

  • Sandrine Deschênes-Lemieux est propriétaire de la boutique Tous Jours et du café Le jardin secret.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Sandrine Deschênes-Lemieux est propriétaire de la boutique Tous Jours et du café Le jardin secret.

  • La boutique Tous Jours propose des produits de seconde main et des trouvailles locales.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    La boutique Tous Jours propose des produits de seconde main et des trouvailles locales.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Un secret bien gardé s’il y en a un, Le jardin secret est un café caché à Saint-Pierre-de-l’Île-d’Orléans. L’endroit, que vous découvrirez dans les alentours de la boutique spécialisée en seconde main et produits d’ici Tous Jours, vient d’entamer sa deuxième saison. La propriétaire, Sandrine Deschênes-Lemieux, y propose dans une jolie véranda verdoyante et ensoleillée un café zéro déchet et écoresponsable — il faut donc apporter sa propre tasse ou se procurer sur place une tasse de seconde main. À déguster sur place : nombre de déclinaisons caféinées (avec les grains du microtorréfacteur de Québec Le Fantôme), du matcha latté vert ou bleu, du thé glacé et des limonades. « J’avais envie de proposer dans l’île d’Orléans un commerce près de mes valeurs. On sent vraiment qu’il y a un changement, un nouveau souffle dans l’île ! », lance la jeune femme de 29 ans.

1370, chemin Royal, Saint-Pierre-de-l’Île-d’Orléans

Consultez le compte Instagram du Jardin secret

Casser finement la croûte

  • La guedille au homard, un incontournable à la Fine Cantine Chez Mag

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    La guedille au homard, un incontournable à la Fine Cantine Chez Mag

  • Marc-Antoine Gagnon, Marie-Claude Gagnon et Pierre-Alexandre Simard, copropriétaires et frères et sœur !

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Marc-Antoine Gagnon, Marie-Claude Gagnon et Pierre-Alexandre Simard, copropriétaires et frères et sœur !

  • La terrasse propose tables de pique-nique et chaises pour casser la croûte.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    La terrasse propose tables de pique-nique et chaises pour casser la croûte.

  • Chez Mag est situé à Sainte-Famille.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Chez Mag est situé à Sainte-Famille.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Les habitués de l’île connaissent bien le casse-croûte Chez Mag, désormais renommé Fine Cantine Chez Mag depuis que Marie-Claude Gagnon, Marc-Antoine Gagnon et Pierre-Alexandre Simard, les enfants de l’ancienne propriétaire, ont pris les commandes l’an dernier. Les trois poursuivent le virage amorcé par leur mère et son conjoint, qui avaient racheté le casse-croûte en 2018, soit des classiques de cantine sublimés grâce à des préparations faites maison et des fruits de mer de première qualité. Impossible de passer à côté de la guedille 100 % homard ou encore de la poutine au homard avec sa bisque. « Smash » burgers, hot-dogs, calmars ou poulet frits trouvent aussi leur place au menu. À dévorer sur la nouvelle terrasse et ses tables de pique-nique, un verre à la main (car l’endroit a désormais un permis d’alcool), en profitant du paysage de « carte postale ».

2460, chemin Royal, Sainte-Famille

Consultez le site de Fine Cantine Chez Mag

Une micro dans une nouvelle maison centenaire

  • Pascal Brazeau. maître-brasseur

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Pascal Brazeau. maître-brasseur

  • Le Pub du Mitan, sur le terrain de la Microbrasserie de l’Île d’Orléans

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Le Pub du Mitan, sur le terrain de la Microbrasserie de l’Île d’Orléans

  • La Microbrasserie de l’Île d’Orléans est installée dans une bâtisse entièrement rénovée.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    La Microbrasserie de l’Île d’Orléans est installée dans une bâtisse entièrement rénovée.

  • Quelques bières en cannette de la Microbrasserie de l’Île d’Orléans

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Quelques bières en cannette de la Microbrasserie de l’Île d’Orléans

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

La Microbrasserie de l’Île d’Orléans n’est pas née de la dernière pluie : elle a été fondée il y a un peu plus de 15 ans et appartient depuis 2016 à la brasserie belge Haatch. Situé à Sainte-Famille, l’endroit a été fermé un an pour des rénovations majeures et a inauguré l’an dernier son tout nouvel espace rutilant. « On a gardé la maison patrimoniale et centenaire, mais tout le reste a été détruit et reconstruit. C’est magnifique ! », assure Luc Vansteene, directeur du développement des affaires. On s’attable du vendredi au mardi au Pub du Mitan pour déguster une des bières en fût ou en cannette (autant les bières régulières et que de saison, offertes uniquement sur place, comme la toute nouvelle bière au cassis en collaboration avec Cassis Monna & Filles) et se sustenter avec le menu de type « bistro brasserie » où brillent les produits de l’île. On peut aussi passer à la boutique pour se ravitailler, sept jours sur sept.

2471, chemin Royal, Sainte-Famille

Consultez le site de la Microbrasserie de l’Île d’Orléans

Aimer la confiture en Tigidou !

  • Le nouvel emplacement de la Confiturerie Tigidou, à Saint-Laurent-de-l’Île-d’Orléans

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Le nouvel emplacement de la Confiturerie Tigidou, à Saint-Laurent-de-l’Île-d’Orléans

  • Scones anglais, confiture et crème… que demander de plus ?

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Scones anglais, confiture et crème… que demander de plus ?

  • On fait le plein de délicieuses confitures à la boutique.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    On fait le plein de délicieuses confitures à la boutique.

  • Des brindilles au beurre, parfait accessoire pour déguster les confitures Tigidou

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Des brindilles au beurre, parfait accessoire pour déguster les confitures Tigidou

  • Du côté de la « luncherette » on a littérallement les pieds dans l’eau !

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Du côté de la « luncherette » on a littérallement les pieds dans l’eau !

  • Grand assortiment de produits et vue sur l’eau

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Grand assortiment de produits et vue sur l’eau

1/6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec un nom aussi sympathique, impossible de ne pas tomber sous le charme de la Confiturerie Tigidou, qui a récemment déménagé, après huit ans d’existence, à un nouvel emplacement enchanteur, à Saint-Laurent-de-l’Île-d’Orléans. « On s’est installés dans un bâtiment patrimonial au cœur du village. On a les pieds dans l’eau ! », s’enthousiasme Vincent Paris, confiturier en chef. Sur la pittoresque terrasse joliment nommée « luncherette », on peut déguster notamment des scones anglais ou des brindilles au beurre, sortes de pailles feuilletées, à accompagner de confitures et de gelées produites sur place puis d’un bon café. Évidemment, il faut faire un tour dans la magnifique boutique pour repartir avec de délicieuses concoctions fruitées. Que vos goûts soient classiques (Pure framboise ou Tite fraise de l’île) ou plus aventuriers (gelée de framboise au jalapeño ou fraise et basilic), vous trouverez confiture à votre palais.

7007, chemin Royal, Saint-Laurent-de-l’Île-d’Orléans

Consultez le site de la Confiturerie Tigidou

Radis, la nouvelle épicerie fine de l’île

  • La chef Ève-Marie Gobeil-Beaucage vient d’ouvrir Épicerie Radis, spécialisée en produits et plats italiens véganes.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    La chef Ève-Marie Gobeil-Beaucage vient d’ouvrir Épicerie Radis, spécialisée en produits et plats italiens véganes.

  • Dans la charmante épicerie fine, on trouve plusieurs produits fins italiens et locaux.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Dans la charmante épicerie fine, on trouve plusieurs produits fins italiens et locaux.

  • La chef fabrique elle-même de délicieux fromages végétaliens.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    La chef fabrique elle-même de délicieux fromages végétaliens.

  • C’est dans cette jolie maison que s’est installée l’Épicerie Radis.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    C’est dans cette jolie maison que s’est installée l’Épicerie Radis.

  • Il y a toujours quelques plats de pâtes fraîches du jour chez Radis.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Il y a toujours quelques plats de pâtes fraîches du jour chez Radis.

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D’abord, il y avait le Restaurant Radis, à Montréal. L’endroit s’est vite démarqué par son offre italienne et végétalienne. Mais durant la pandémie, la chef Ève-Marie Gobeil-Beaucage s’est mise à rêver de campagne avec son conjoint. C’est finalement dans l’île d’Orléans que le couple a trouvé un endroit où poser ses valises, au cœur du charmant village de Saint-Laurent. « On ne connaissait pas l’île. Quand on a visité la première fois, ç’a été un coup de cœur instantané ! On a déniché une vraie perle rare comme maison », raconte la chef avec entrain. Ici, Radis s’est transformé en épicerie fine d’inspiration italienne, avec uniquement des produits à base de plantes. Comptoir de fromages et terrines, pâtes fraîches du jour, pizzas romaines, salades, produits italiens et produits frais de l’île… On peut y passer pour faire des emplettes ou s’installer sur la terrasse pour manger sur le pouce.

6970, chemin Royal, Saint-Laurent-de-l’Île-d’Orléans

Consultez la page Facebook de l’Épicerie Radis