Rick-Andy Jean-Baptiste et Donald Joseph ont grandi à Rivière-des-Prairies. Ils en sont aujourd’hui de fiers représentants avec le comptoir de gastronomie urbaine L’Atelier Duo de chef, qu’ils exploitent avec Karl-Jude Cétoute et Rémi Jean-Baptiste. Portrait de quatre gars bien enracinés dans leur communauté.

Émilie Côté
Émilie Côté La Presse

Au cours de notre visite, les quatre gaillards venaient de commencer l’aménagement de leur terrasse. Avec le relâchement des mesures sanitaires, les chefs Ray, Don, Drizzy et Karlito comptaient transformer une partie de leur stationnement en espace BBQ extérieur.

Ce sera un endroit où les gens peuvent s’arrêter pour manger ou saluer un ami alors que des côtes levées ou des crevettes se font dorer sur le gril. Il faut dire que l’Atelier Duo de chef fait partie de la routine quasi quotidienne de beaucoup de clients.

Atelier Duo de chef est à la fois un traiteur et un comptoir pour emporter. Sa spécialité ? La « gastronomie urbaine ». En avril dernier, même la mairesse de Rivière-des-Prairies, Caroline Bourgeois, n’avait que de bons mots pour le savoureux plat de grillades qu’elle a partagé avec les membres de sa famille. Elle a même qualifié d’« hallucinant » le macaroni au fromage et aux crevettes.

L’élue a aussi vanté l’amour du quartier de la brigade de Duo de chef, ainsi que sa participation communautaire dans plusieurs évènements. Duo de chef prépare notamment des plateaux-repas à petit prix pour les élèves de l’école secondaire Jean-Grou. « Nous avons grandi ici, dit chef Ray. Pour nous, c’est important de redonner à la communauté. »

Un quatuor soudé

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

En janvier dernier, Duo de chef a préparé de la soupe joumou (un plat traditionnel haïtien), qui a été distribuée au Refuge des jeunes, à la Maison du père et à l’organisme Résilience.

Mais qui sont chef Ray (Rick-Andy Jean-Baptiste), chef Don (Donald Joseph), chef Karlito (Karl-Jude Cétoute) et chef Drizzy (Rémi Jean-Baptiste) ?

Rick-Andy Jean-Baptiste et Donald Joseph ont grandi dans le quartier que les gens appellent RDP. Ils se connaissaient depuis l’enfance, mais c’est par hasard qu’ils sont tombés l’un sur l’autre en 2008, dans la même classe de l’école hôtelière Calixa-Lavallée. C’était il y a une dizaine d’années. Dès lors, le duo s’est mis à préparer des plats pour des évènements. La forte demande les a poussés à fonder un service de traiteur. Ils ont alors transformé le sous-sol de Rémi Jean-Baptiste (le cousin de Rick-Andy) en cuisine commerciale, puis Karl-Jude Cétoute – qui a aussi étudié à l’école hôtelière Calixa-Lavallée – s’est joint à eux.

Voilà pourquoi il y a un quatuor derrière Duo de chef. Grâce aux réseaux sociaux, le service de traiteur s’est rapidement fait connaître. Puis est arrivé le jour où les quatre chefs ont accepté un gros contrat pour un bal haïtien qui devait réunir 1200 personnes. « On ne savait pas comment on allait y arriver », raconte Rick-Andy.

Karl-Jude, Rémi et lui étaient en voyage à Miami quand Donald les a appelés pour leur dire : « J’ai le local. »

PHOTO TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM DUO DE CHEF

L’équipe de L’Atelier Duo de chef, en 2018

C’est donc depuis 2019 que Duo de chef a pignon sur rue, au 12 545, avenue Fernand-Gauthier. « Ça va mieux qu’on pensait », dit chef Don. Même avec la pandémie qui a frappé six mois plus tard. « Le take-out a bien marché. »

On n’aurait pas pu avoir un tel succès sans la communauté de Rivière-des-Prairies. Les gens qui nous connaissent ont voulu venir nous encourager.

Le chef Ray

Avec l’ambiance chaleureuse qui règne à l’Atelier Duo de chef, les gens ont envie de passer, poursuit chef Karlito. « Et avec la musique et l’odeur de BBQ, ils veulent rester. »

La bande de Duo de chef est impatiente d’accueillir des clients dehors dans une ambiance de street food. « On va pouvoir recevoir une vingtaine de personnes », indique chef Don.

Au bord de l’eau

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Manger au bord de la rivière des Prairies est une expérience agréable.

Si Duo de chef peut servir des clients à l’extérieur, on peut aussi prendre une commande pour emporter et aller manger au bord de la rivière des Prairies, notamment au parc du Chevalier-Cuivré.

Une poutine griot ou une poutine Philly ? Ribs ou saumon grillé ? La carte de l’Atelier Duo de chef est unique. « Nous avons le griot le plus tendre à Montréal », assure chef Ray, et ce n’est pas nous qui allons le contredire là-dessus.

Ses partenaires et lui ont par ailleurs eu des offres pour ouvrir un restaurant au centre-ville. Le menu se prêterait aussi à un camion de rue. « On ne dit non à rien, mais ce serait trop rapide de prendre une décision maintenant. »

Chef Ray est fier d’avoir créé un lieu de rencontres vibrant à Rivière-des-Prairies. « C’est un quartier familial où tout le monde se connaît, mais c’était un champ ici quand j’ai grandi. C’est bien de créer un go-to pour les générations futures. »

« Peut-être que ce sera historique : le premier local de Duo de chef », lance chef Karlito.

L’avenir le dira, mais sachez qu’un habitué peut venir pratiquement chaque jour. « On annonce nos spéciaux du jour sur les réseaux sociaux », précise chef Karlito.

Vous voilà averti.

Consultez la page Facebook de l’Atelier Duo de chef

À découvrir

Une œuvre d’Armand Vaillancourt à l’école

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

L’œuvre sculpturale sans titre, d’Armand Vaillancourt, à l’école Marc-Aurèle-Fortin, au 12230, avenue Fernand Gauthier

C’est l’école Marc-Aurèle-Fortin qui abrite depuis 1986, le long de la clôture extérieure qui cerne sa cour, l’œuvre sans titre du réputé sculpteur québécois Armand Vaillancourt. Restaurée en 2015, elle représente des personnages ludiques et expressifs ainsi que de drôles d’animaux colorés.

Consultez la fiche de l’œuvre

Laila Maalouf, La Presse

La centrale électrique de Rivière-des-Prairies

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Vue de la centrale hydroélectrique érigée sur la rivière des Prairies

Hydro-Québec organise des visites de la centrale hydroélectrique érigée sur la rivière des Prairies, entre Laval et Montréal. C’est l’occasion de découvrir l’histoire de sa construction entre 1928 et 1930 ainsi que celle de l’électrification de la région montréalaise. Un guide accompagne les visiteurs pendant 90 minutes. Un secret bien gardé de Montréal, et c’est gratuit !

Consultez la fiche d’Hydro-Québec sur la centrale

Émilie Côté, La Presse