(Gaza) Partager ses astuces pour cuisiner des pâtes parfaites, il n’y a rien de plus ordinaire pour Gabriele Rubini. Mais cette semaine, ce chef italien a innové : c’est à des prisonniers de la bande de Gaza qu’il a donné des cours de cuisine.

Agence France-Presse

Connu sous le nom de Chef Rubio, Gabriele Rubini enseigne à dix prisonniers ses secrets de cuisine à l’occasion d’un séjour de dix jours dans l’enclave palestinienne sous blocus israélien, organisé avec une ONG italienne.

PHOTO MAHMUD HAMS, AGENCE FRANCE-PRESSE

Connu sous le nom de Chef Rubio, Gabriele Rubini enseigne à dix prisonniers ses secrets de cuisine à l’occasion d’un séjour de dix jours dans l’enclave palestinienne sous blocus israélien.

« Mon but est de partager avec eux tout ce que je sais et je veux aussi apprendre d’eux », dit-il à l’AFP. « Tout est une question de partage de la nourriture », ajoute-t-il, se félicitant d’un « mélange des cultures » autour de la Méditerranée.

Défenseur de la cause palestinienne, M. Rubio a expliqué qu’il travaillait dans les prisons, car « c’est un endroit où il y a beaucoup d’humanité ».

PHOTO MAHMUD HAMS, AGENCE FRANCE-PRESSE

« Mon but est de partager avec eux tout ce que je sais et je veux aussi apprendre d’eux. Tout est une question de partage de la nourriture. »

« Quelqu’un peut faire une erreur et peut renaître en prison et devenir une meilleure personne dans le monde extérieur », estime le chef, qui cumule 750 000 abonnés sur sa page Facebook.

Gouvernée par le mouvement islamiste Hamas, mouvement qui a livré trois guerres à Israël depuis 2008, la bande de Gaza est un territoire palestinien de deux millions d’habitants sous blocus israélien et miné par un chômage endémique, avoisinant les 50 %.

PHOTO MAHMUD HAMS, AGENCE FRANCE-PRESSE

« Quelqu’un peut faire une erreur et peut renaître en prison et devenir une meilleure personne dans le monde extérieur », estime le chef.

Pour Sami Baraka, un détenu qui purge comme ses camarades une peine pour des crimes non violents, l’atelier de Chef Rubio est une « opportunité formidable ».

Et Sami s’est mis à rêver à ce qu’il fera une fois libre. « Je vais ouvrir mon restaurant italien à Gaza », dit-il, déterminé.