Noël ne ressemblera pas à Noël cette année. Alors, pourquoi ne pas faire les choses tout à fait autrement et passer l’après-midi à manger dehors autour du feu ? Toute la maisonnée sera aux anges, et au chaud, avec ce menu de petits plats réjouissants !

Texte : Simon Chabot Texte : Simon Chabot
La Presse

Photos : David Boily Photos : David Boily
La Presse

Kendra McKnight adore recevoir des amis, à la maison ou dans sa magnifique cour remplie de verdure l’été. Et celle qui gagne sa vie en développant et en testant les recettes des livres de chefs, de restaurants ou de grands hôtels, à Montréal (Joe Beef, Mandy’s) comme ailleurs dans le monde (le Claridge’s de Londres, par exemple), sait comment s’y prendre pour combler ses invités. Or, avec la pandémie qui dure, elle ronge un peu son frein. Mais elle a trouvé une solution idéale pour recommencer à voir du monde sans prendre de risques inutiles dès que le virus battra en retraite, même si l’hiver, lui, n’a pas encore dit son dernier mot : une fête autour du feu.

Et pour transformer ce Noël étrange qui s’annonce en une journée riche en souvenirs, Kendra McKnight organisera justement une petite fête avec un repas cuisiné sur son gril au charbon de bois le 24 décembre, en compagnie de son conjoint Joost et de leurs deux enfants Jack et Sam, qui ont 7 et 9 ans. Elle a même loué une lampe chauffante pour l’occasion. Voici comment s’y prendre pour faire comme elle ce Noël.

« L’idée, c’est de proposer des petits plats bien nourrissants qui se savourent facilement près du feu », raconte-t-elle en faisant dorer sur le gril les pâtes fines qui deviendront des tartes flambées alsaciennes (flammekueche) une fois garnies de crème fraîche, de lamelles d’oignons et de bacon. Ou encore de petites pizzas margherita, avec un peu de sauce tomate, de la mozzarella fraîche et quelques feuilles de basilic. « Les enfants adorent ! ajoute-t-elle. On peut même plier la pâte en deux, c’est encore plus simple à manger. »

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Kendra McKnight

Autre grand succès auprès des enfants : les carottes enrobées de bacon. « On les badigeonne avec du sirop d’érable à la fin de la cuisson, c’est délicieux, explique Kendra. Comme les carottes restent un peu croquantes, elles se tiennent bien et se mangent sans se briser. »

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Un grand succès auprès des enfants : les carottes enrobées de bacon

Les pelures de pommes de terre, un classique du Midwest américain, figurent aussi au menu de Noël de celle qui a grandi en France dans une famille anglo-saxonne avant de s’installer à Montréal, il y a une trentaine d’années. Encore là, ces demi-pommes de terre évidées d’une partie de leur chair, puis garnies de crème fraîche, d’œufs de saumon, de canneberges ou de charcuterie, se préparent facilement sur le feu et se laissent dévorer sans faire de misère.

« Il y a une grande tradition de potluck, même en hiver, dans les États du nord du Midwest, où le climat est très rude », raconte Kendra, qui a travaillé à l’élaboration du livre The New Midwestern Table d’Amy Thielen, publié en 2013.

Au Minnesota, par exemple, bien des gens sont isolés sur de grandes terres et s’ils n’organisaient rien l’hiver, ils ne verraient presque personne pendant six mois. Un peu comme d’autres le font dans le nord de l’Europe, ils se réunissent donc autour du feu et mangent ensemble. Leur ingéniosité face aux contraintes m’a inspirée.

Kendra McKnight

Comme c’est bien Noël, malgré les apparences, Kendra propose aussi des tourtières sur bâtons. Ce sont en fait des brochettes dont la préparation s’inspire des traditionnels pâtés à la viande. Apprêtées avec un peu de muscade, de clou de girofle et de cannelle, puis dégustées avec un ketchup maison, elles rappellent tout à fait ce classique québécois des Fêtes.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Tous les plats de ce menu des Fêtes se dégustent debout, près des flammes, ou sous une lampe chauffante comme celle-ci que Kendra a louée auprès d’une entreprise qui fournit habituellement des restaurants. On trouve aussi des lampes du genre dans les quincailleries, mais la demande est très forte et la plupart sont actuellement en rupture de stock.

Tous ces plats se dégustent debout, près du gril, ou sous la lampe chauffante. Réunis, ils font aussi une très belle table de Noël. Ils peuvent alors être réchauffés au besoin sur le barbecue quand les convives sont pris de l’envie soudaine de mordre dans une carotte ou dans une brochette.

C’est une bonne idée de placer aussi quelques bouchées froides sur la table, pour nourrir les plus affamés de la famille pendant que les autres mets cuisent. Kendra propose des charcuteries, qui resteront bien fraîches en hiver, quoi qu’il arrive. Elle achète les siennes chez Viens, boulevard Saint-Laurent, à Montréal, où Phillip Viens concocte de façon artisanale une étonnante variété de jambons, saucissons et pâtés plus délicieux les uns que les autres.

  • Des pelures de pommes de terre garnies, un classique du Midwest qui mérite sa place dans votre menu de Noël.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Des pelures de pommes de terre garnies, un classique du Midwest qui mérite sa place dans votre menu de Noël.

  • Une tarte flambée alsacienne. L’essayer, c’est l’adopter.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Une tarte flambée alsacienne. L’essayer, c’est l’adopter.

  • Un petit verre de vin blanc chaud, ça aide à résister au froid !

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Un petit verre de vin blanc chaud, ça aide à résister au froid !

  • Préparation des mini-pizzas, avec de la mozzarella fraîche effilochée à la main

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Préparation des mini-pizzas, avec de la mozzarella fraîche effilochée à la main

  • On peut manger autour du feu… ou assis à table, avec une couverture de laine

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    On peut manger autour du feu… ou assis à table, avec une couverture de laine

  • Cuisson des tourtières sur bâton. Leur goût rappelle tout à fait le plat traditionnel québécois.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Cuisson des tourtières sur bâton. Leur goût rappelle tout à fait le plat traditionnel québécois.

1/6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

On trouve aussi sur la table de magnifiques œufs marinés dans du vinaigre infusé à la betterave et servis avec une mayonnaise à la moutarde. « Les deviled eggs, c’est une autre recette que j’ai rapportée du Midwest », expose Kendra.

C’est un peu kitsch, mais tout le monde adore ça et ça se cuisine à l’avance.

Kendra McKnight

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Oeufs marinés à la betterave

La veille de Noël, s’il ne fait pas trop froid, quelques couvertures de laine garderont la famille bien au chaud pour ce menu atypique, mais festif à souhait. Pour les parents, un petit verre de vin blanc chaud ne nuira pas non plus. Quand la nuit tombera en fin d’après-midi, tout le monde pourra aussi se réchauffer au-dessus des braises…

Et dès que la Santé publique le permettra, Kendra se promet de recevoir dans sa cour quelques amis pour un goûter près du feu, après une sortie de ski de fond ou de glissade. Comme chaque plat s’avale en quelques bouchées sans assiette ni couvert, les risques de contamination sont limités. « Tous ces plats peuvent cuire au fur et à mesure, si on le souhaite, c’est relaxe, conclut Kendra. Pour moi, qui suis toujours aux fourneaux à l’intérieur, c’est aussi beaucoup plus facile d’être au centre de l’action quand je cuisine sur le gril ! »

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Les braises servent également à se réchauffer.

Qui sait, une nouvelle tradition est peut-être sur le point de naître…

Rassemblements extérieurs permis ou pas ?

C’est prouvé, le coronavirus qui provoque la COVID-19 se transmet beaucoup moins à l’extérieur qu’à l’intérieur. Or, même s’il sera possible de réunir jusqu’à huit personnes pour une activité extérieure dans un lieu public, les rassemblements intérieurs et extérieurs dans des lieux privés seront interdits pendant les Fêtes en zone rouge. Impossible, donc, d’y regrouper des amis ou des proches qui n’habitent pas à la même adresse, même dehors. Une personne seule peut toutefois se joindre à une unique autre bulle familiale, avec ses enfants, jusqu’au 10 janvier. Comme la situation évolue constamment, le site du gouvernement du Québec permet de s’assurer du respect de toutes les consignes.

> CONSULTEZ les consignes du gouvernement du Québec pour le temps des Fêtes