Lorsque nous échangeons des recettes, mes copines et moi, il y a cette question incontournable : est-ce que c’est un « crisse & cook » ?

Chantal Guy Chantal Guy
La Presse

La maternité de cette expression revient à mon amie Élaine, avec qui j’échange des recettes depuis 20 ans, une très bonne cuisinière sans qui je n’aurais pas su qu’un bon poulet rôti doit être saumuré et arrosé de jus de citron pour avoir une peau croustillante.

Un « crisse & cook » est un repas qui se prépare en quelques minutes, et qu’on « crisse » au four pour l’oublier.

Une expression franglaise peu élégante, mais qui résume le rêve de tous les parents débordés, des célibataires aux fourneaux et des paresseux en général : un repas qui fait la job, sans demander trop de job.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Parce que, on va se le dire, ceux qui reviennent du boulot fatigués après deux heures de bouchons de circulation et un crochet à la garderie et qui persistent à cuisiner les recettes de Yotam Ottolenghi sont des masochistes. Ils aiment ça, les 12 000 étapes d’une recette et bourrer le lave-vaisselle ? Ils ont vraiment toujours ça à portée de main, du zaatar, du sumac et de la salicorne (avec le budget correspondant) ?

Sans blague, j’aime beaucoup Ottolenghi — heureusement qu’il a sorti son livre Simple, parce que j’ai sacré avec Plenty —, mais il glisse trop régulièrement un ingrédient absent du garde-manger et des supermarchés pour lequel je dois courailler dans un quartier pas très hipster, plus reconnu pour ses pawnshops que pour ses épiceries fines.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Pendant la saison des récoltes, les produits de la ferme sont tellement frais et tellement bons que ça ne sert à rien de les ensevelir sous des épices rares et des touffes d’herbes. Et comme la cuisson au four sublime les saveurs, les produits parlent d’eux-mêmes. Ce sont eux qui vont « performer », pas vous. Ça donne un break. On n’est pas dans l’émission Les chefs ! avec un fusil sur la tempe et on ne veut pas rater District 31 à 19 h.

Qu’est-ce qu’il y a de plus réconfortant que n’importe quoi qui braise longuement et parfume la maison ?

Pourquoi se casser la tête en plein stress de la rentrée ? Crissez ça au four et occupez-vous plutôt de ceux que vous aimez.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Si le « crisse & cook » ne demande que quelques minutes de préparation, il n’exige en retour que la patience de quelques heures de cuisson, et la douce torture des arômes prometteurs qui ouvrent les papilles, et cela, sans vous faire suer comme cet été. Ça réchauffe la maison et le cœur.

Il arrive que des recettes aient l’air tellement simples qu’on craint un résultat ennuyeux. Mais la simplicité peut être redoutable quand nos recettes assaisonnées et complexes finissent par avoir la même tonalité, au bout d’un labeur exagéré. J’ai redécouvert le goût du chou dans le bouilli acadien d’un regretté beau-père, qui ne l’agrémentait que de feuilles de laurier et de grains de poivre… mais aussi de côtes de porc saumurées pendant des semaines, avec la complicité du boucher de son village. Patates, choux, navets, haricots ficelés, avec les côtes de porc salées dans une marmite remplie d’eau, quelques blés d’Inde sur le dessus, et le tour est joué.

Quand j’ai commencé à échanger des recettes de « crisse & cook » avec des amis, ç’a été un gros succès. Ils ne me réclamaient plus que ça. Alors pourquoi pas avec les lecteurs de La Presse+ ?

Cuisiner sans se forcer

CUISSES DE POULET AUX TOMATES ET AIL CONFITS (POUR 6 PERSONNES)

Depuis des années, cette recette d’une facilité inouïe pour un résultat savoureux plaît à tout le monde, petits et grands. Il s’agit d’une adaptation libre d’une recette de Jamie Oliver, pour qui j’ai un faible depuis longtemps.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

INGRÉDIENTS

6 cuisses de poulet
4 tomates rouges
2 casseaux de tomates cerises
7 ou 8 gousses d’ail
Basilic frais
Piments forts en flocons
Gros sel, poivre, huile d’olive
Choux de Bruxelles (optionnel)

PRÉPARATION

1. Préchauffer le four à 175 °C (350 °F).

2. Couper les tomates en quartiers et les tomates cerises en deux. Couper le basilic frais. Saler, poivrer et ajouter des flocons de piments au goût, avec un bon filet d’huile d’olive. Mélanger avec les mains.

3. Frotter les cuisses de poulet avec du gros sel. Dans un plat à cuisson, disposer les cuisses, puis les entourer de la préparation aux tomates sans les recouvrir (on veut une peau croustillante). Les cuisses doivent être cernées par les tomates, car elles vont cuire dans leur jus.

4. Parsemer de gousses d’ail laissées dans leur enveloppe, au goût. Cela fera de l’ail confit. Et l’idéal, vraiment, est d’utiliser de l’ail du Québec (un jour, je vous parlerai de cette passion qui pourrait m’inciter à faire des manifs).

5. Si vous voulez un accompagnement de légumes verts, on peut ajouter aussi, sur le dessus, des choux de Bruxelles coupés en deux, qui sont toujours merveilleux au four. Si vous les aimez vraiment bien cuits et moins croquants, les blanchir une ou deux minutes avant.

6. Cuire pendant 1 h 30 min. Servir avec votre riz préféré.

RÔTI DE PALETTE AUX ÉCHALOTES ET MERLOT (POUR 4 PERSONNES)

Je suis une adepte des recettes décadentes de bistrot de Jean-François Plante, qu’on ne peut manger sept jours sur sept si l’on ne veut pas prendre inévitablement du poids. Mais pour recevoir, c’est le pied. Cette recette qui fait partie de son « best of », il la fait avec des bavettes. Un jour, un peu mal prise, je l’ai réalisée avec un rôti de palette, plus économique. Et ça fonctionne très bien, mais ce rôti n’est qu’un prétexte pour les échalotes confites. Mettez-en en masse, sinon vous allez le regretter.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

INGRÉDIENTS

1 rôti de palette de bonne taille
Échalotes françaises (une bonne vingtaine)
7 ou 8 gousses d’ail
1 tasse de sauce demi-glace
1 bouteille de merlot
Thym
Romarin
Épices à bifteck (si vous avez celles de Joe Beef ou de Schwartz’s, c’est encore mieux)
Sel, poivre, beurre, huile d’olive

PRÉPARATION

1. Préchauffer le four à 150 °C (300 °F).

2. Éplucher les échalotes et les gousses d’ail et les laisser entières. Frotter le rôti de palette généreusement avec les épices à bifteck, des deux côtés.

3. Sur la cuisinière, dans une cocotte qui ira au four, faire fondre le beurre dans l’huile. Faire suer les échalotes et l’ail. Réserver.

4. Saisir dans la même cocotte le rôti de palette des deux côtés pendant 3 minutes. Réserver.

5. Remettre les échalotes et l’ail dans la cocotte, et déglacer avec le vin. Laisser réduire 5 minutes. Ajouter la sauce demi-glace, le thym, le romarin et le rôti de palette. La viande doit être juste recouverte du liquide.

6. Couvrir et cuire au four trois heures, ou jusqu’à ce que le liquide soit devenu une sauce.

7. Servir avec une purée de pommes de terre au parmesan (pour profiter de la sauce !).

POUTINE VÉGÉ AUX LÉGUMES-RACINES

Pour les végétariens, voici un plat simple qui agrémente les légumes-racines, que j’adore au four. Il est transformable à l’infini. Changez les herbes ou ajoutez-en, remplacez le chou-fleur par du brocoli, préparez-le avec un pesto de noisettes ou de noix de Grenoble plutôt que de noix de pin, utilisez du halloumi déjà assaisonné, tout est possible.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

INGRÉDIENTS

Pommes de terre
Un mélange de vos légumes-racines préférés coupés en morceaux : panais, carottes, navet… Ne prenez que ce qui vous plaît.
1 chou-fleur
2 oignons rouges
2 poivrons rouges
Une bonne portion d’épinards
Sauge
Fromage halloumi
Pesto (le pesto maison est évidemment toujours meilleur)
Sel, poivre, huile d’olive

PRÉPARATION

1. Préchauffer le four à 200 °C (400 °F).

2. Couper en cubes grossiers les pommes de terre et les légumes, les oignons rouges en quartiers, et défaire le chou-fleur en bouquets.

3. Couper le fromage halloumi de la grosseur qui vous plaît dans une poutine.

4. Mettre les légumes dans un bol, avec une grosse botte d’épinards. Saler, poivrer, puis ajouter quatre ou cinq feuilles de sauge déchirées avec deux ou trois cuillères à soupe d’huile d’olive, et mélanger.

5. Bien étaler tous les légumes dans un plat allant au four et cuire 20 minutes.

6. Au bout de 20 minutes, parsemer le plat des cubes de halloumi de façon à les espacer pour qu’ils ne collent pas ensemble. Mettre le four à gril, puis cuire 10 minutes ou jusqu’à ce que le fromage soit gratiné.

7. Une fois le plat sorti du four, arroser du pesto dilué dans de l’huile d’olive.