Derrière la nouvelle entreprise montréalaise MushUp, il y a deux passionnées de café qui ont voulu réduire les effets négatifs de la caféine et multiplier les bienfaits dans la tasse. Comment ? En infusant dans leurs grains des champignons médicinaux, un aliment qui fait un grand retour actuellement.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Révolution champignon

Les champignons médicinaux comme le reishi ou le cordyceps ont la cote aujourd’hui, mais ce n’est pas d’hier qu’on les utilise, notamment en médecine chinoise et dans plusieurs autres médecines traditionnelles. Au Québec, nombreux sont ceux qui ont découvert au cours des dernières années le chaga, un champignon qui pousse dans nos forêts et qu’on peut consommer à la manière d’un latté. Résultat, on trouve de plus en plus de produits dérivés mettant en vedette ces champignons : DavidsTea a commercialisé une tisane chaï au chaga ; au Machina SmartBar, dans le Mile End, on suggère d’ajouter des champignons reishi ou des cordyceps à ses « Super Lattés ». C’est sans compter les poudres de champignons médicinaux qui sont de plus en plus présentes sur le marché, comme celles de Mush Superfood, une entreprise d’Amsterdam.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Le chaga pousse dans les forêts québécoises.

Allier café et champignons

Là où MushUp se distingue, c’est en intégrant directement des extraits de champignons médicinaux dans les grains de café. Les deux fondatrices de la société, Maëva Costedoat et Rachèle Pouliot, sont d’abord des amoureuses du café et avaient envie de lancer leur petite entreprise dans ce secteur très concurrentiel. Tout en pensant à leur projet, elles sont parties en Colombie faire un stage en herboristerie et mycologie. C’est là qu’elles ont découvert les champignons médicinaux. « Cela nous a vraiment passionnées ! Les champignons médicinaux ont des vertus qui ont été utilisées pendant des milliers d’années par d’autres cultures, mais pas la nôtre », raconte Maëva Costedoat, rencontrée au restaurant végane Tendresse. Une idée était née : pourquoi ne pas allier les deux ?

« En mélangeant les champignons au café, on réussit à contrer les effets néfastes de la caféine, comme les palpitations, tout en ajoutant des propriétés à la boisson », explique Maëva Costedoat.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Rencontre avec Maëva Costedoat, cofondatrice des cafés MushUp, au restaurant Tendresse

Une triple extraction unique

C’est quand les deux femmes ont rencontré le mycologue chevronné Geoffroy Renaud-Grignon que le projet s’est concrétisé. Avec lui, le duo a élaboré ses recettes d’extraits. « Notre recette est assez unique, car nous sommes les seuls à faire une triple extraction des champignons, ce qui nous permet d’en sortir toutes les propriétés actives », assure celle qui a été « déçue » par le goût des poudres de champignons (généralement des doubles extractions) offertes sur le marché. Selon le champignon, MushUp va combiner des extractions à l’alcool, à l’huile, des décoctions et des calcinations, l’ultime étape pour « aller chercher tout ce qui reste ». Au bout du compte, l’extraction liquide prend la forme d’une huile « très similaire à l’huile naturelle du café », explique Maëva Costedoat, qui est naturellement absorbée par le grain de café. « Ce qu’on veut, c’est proposer aux gens d’intégrer la consommation des champignons dans leur quotidien, de rendre cela hyper accessible, sans changer leurs habitudes. »

Un produit local

Tous les champignons se retrouvant dans les mélanges de cafés MushUp sont biologiques, produits, récoltés et transformés localement — quatre des cinq variétés (cordyceps, reishi, voriolus et crinière de lion) poussent en culture, en laboratoire, et le chaga, qui se nourrit d’essence de bouleau blanc, est cueilli de façon responsable par des cueilleurs aguerris.

Pour ses grains de café, l’entreprise travaille avec divers torréfacteurs montréalais. « Nos cafés ne goûtent pas les champignons. On a fait du “reverse engineering”, en partant de nos extraits de champignons pour choisir ensuite une torréfaction qui s’allie avec le goût. Nos extraits ont un goût un peu sucré, qui peut rappeler le cacao, le beurre d’arachides », détaille Maëva Costedoat. Pour les avoir goûtés, on confirme : les cafés de MushUp goûtent… le café !

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

La jeune société montréalaise MushUp propose des grains de café infusés de champignons médicinaux.

Les cafés

MushUp propose actuellement trois types de cafés, Vital, Spark et Vigor, infusés de champignons médicinaux. Chacun a ses propriétés : le premier tonifierait le système immunitaire grâce au chaga et au coriolus ; le Spark soutiendrait le système neurologique, aiderait à la concentration et à l’amélioration de la mémoire grâce à la crinière de lion ; quant au Vigor, il serait particulièrement indiqué pour les sportifs qui veulent améliorer leurs performances et leur endurance physique grâce au cordyceps. Tous les cafés contiennent du reishi, surnommé le « roi des champignons », un champignon adaptogène très utilisé en médecine chinoise qui aiderait à soutenir le système immunitaire, à favoriser le sommeil et à soulager l’anxiété.

Si les vertus des champignons médicinaux ne font pas consensus auprès de la communauté scientifique et qu’il est évident que certaines marques surfent sur la vague de la tendance, certaines études tendent tout de même à démontrer leurs bienfaits pour la santé. « Nous avons des super témoignages de nos clients qui en ressentent les effets, qui avaient arrêté de boire du café et qui peuvent boire du MushUp ! », s’enthousiasme pour sa part la jeune entrepreneure.

Les produits MushUp sont offerts en ligne et dans plusieurs points de vente dans la région montréalaise. On peut également boire des cafés MushUp chez Tendresse, dans le Village, et au café Les Impertinentes, dans le Mile End.

Consultez le site de MushUp : https://mushup.ca/