Une nouvelle tribu d'Indiens isolés a été localisée dans la région amazonienne de la Vallée du Javari, dans le nord-ouest du Brésil, près de la frontière avec le Pérou, a indiqué mercredi à l'AFP un porte-parole de la Fondation nationale de l'indien (Funai).

AGENCE FRANCE-PRESSE

L'existence de cette tribu qui compterait quelque 200 individus, sans aucun contact avec l'extérieur, a d'abord été repérée sur des images satellites puis confirmée lors d'un survol effectué en avril par des agents de la Funai, seule autorisée à s'approcher des Indiens.

Une photo postée sur le site de la Funai montre seulement des «malocas» (grandes huttes collectives).

Les autorités brésiliennes interdisent tout accès dans les régions où se trouvent des Indiens isolés, car ceux-ci courent le risque mortel d'être contaminés par des maladies contre lesquelles ils ne sont pas immunisés.

Fabricio Amorim, responsable de la Funai de Vale do Javari, dans le  sud-ouest de l'État d'Amazonas, a expliqué dans un communiqué que ce groupe pourrait appartenir à la communauté linguistique Pano, assez courante dans cette région qui comprend la plus grande concentration de groupes d'Indiens isolés en Amazonie et dans le monde.

D'après lui, les huttes et plantations de maïs et bananes vues d'avion dans la clairière ouverte par les Indiens datent de moins d'un an.

Les Indiens de la vallée du Javari sont menacés par les activités illicites de bûcherons, orpailleurs et pêcheurs et même celles des trafiquants de drogue à la frontière.

La Funai estime qu'il existe au Brésil soixante-dix-sept tribus non contactées qui ont choisi de rester isolées dans la forêt. Une trentaine de groupes seulement ont déjà été repérés. Dans la vallée du Javari, il y aurait quatorze de ces groupes.

De 2006 à 2010, près d'une centaine d'indices d'occupation de territoires par des Indiens isolés - comme des plantations et des huttes - ont été repérés, ce qui porterait ces populations coupées du monde à 2.000 individus dans la vallée du Javari.

Les Koburos ont été les derniers indiens contactés par les agents de la Funai dans cette vallée en 1996, avant que l'organisme public décide de ne plus approcher ces tribus isolées. Il ne reste aujourd'hui que 26 individus de cette ethnie.

En 2007, 2008 et en janvier de cette année, la Funai a diffusé des photos aériennes d'autres tribus isolées dans la région. Sur une photo, on voyait un adulte, le corps peint en rouge, et des enfants. Le groupe tenait en main des arcs, mais semblait surpris plus que menaçant. Des paniers remplis de papayes et de manioc étaient visibles à leurs côtés.