Il n'y aura finalement pas d'exploitation du gaz de schiste au Québec, a déclaré le premier ministre Philippe Couillard lors d'une tournée des stations de télévision de la province, hier.

Marie-Michèle Sioui LA PRESSE

Au lendemain de la diffusion du rapport du Bureau des audiences publiques sur l'environnement (BAPE), qui conclut que l'exploitation du gaz de schiste n'apportera pas d'avantages financiers suffisants au Québec, en plus de noircir son bilan environnemental, le premier ministre a déclaré «ne pas voir l'intérêt de développer ça».

«Je crois de toute façon qu'il n'y a pas grand intérêt à développer cette ressource, uniquement sur le plan économique et financier. De toute façon, l'acceptabilité sociale n'est pas là», a-t-il déclaré.

L'exploitation potentielle du gaz de schiste a suscité une vive opposition au Québec, après que l'américaine Forest Oil eut ciblé un potentiel de 40 milliards dans la vallée du Saint-Laurent, en 2008.

Le BAPE a mené deux études dont les conclusions ont remis en question les impacts de ce type d'exploitation au Québec.