On ne badine pas avec les juges texans. Ici comme dans bien des petites villes texanes, le tribunal du comté trône au centre de la ville, au beau milieu d'un rond-point à faire rager les camionneurs.

Mis à jour le 27 mars 2011
Charles Côté LA PRESSE

C'est là que le juge Mark Riley, premier magistrat du comté de Parker, a commencé à recevoir la visite de concitoyens aux prises avec l'industrie gazière.

« Il y a plus de 1000 puits dans le comté maintenant, dit-il. C'est bon pour l'économie, mais il y a souvent des gens qui ont des plaintes et qui ne trouvent pas de solution auprès de la compagnie ou des autorités de l'État. Alors ils ont commencé à appeler chez nous.»

«On n'a aucune autorité sur les affaires gazières, précise-t-il. Vu la façon dont la loi est faite au Texas, les compagnies peuvent faire à peu près ce qu'elles veulent. Alors on sert de médiateur. On fait aussi des demandes d'accès à l'information au nom des citoyens. Ç'a tendance à accélérer les choses quand ça vient d'un juge! «

Il guide La Presse vers la maison d'un concitoyen, Enrico Barone, 68 ans, ingénieur retraité de Lockheed. Comme bien des propriétaires dans de nouveaux lotissements, il ne détient pas les droits sur son sous-sol, restés entre les mains du promoteur immobilier.

Mais il était sur la première ligne quand une plateforme de forage a été érigée à moins de 100 mètres de sa maison par la société XTO.

Pendant l'été 2010, des relevés officiels de la qualité de l'air montraient des taux dangereux de benzène dans sa cour, envahie par le bruit d'un compresseur au diesel.

L'intervention du juge Riley a permis de régler les problèmes en quelques mois. « La compagnie a très bien répondu, dit M. Riley. Ils ont trouvé des solutions. Ils ont éloigné le compresseur et ont ajouté un appareil pour réduire les émissions des évents. Malheureusement, toutes les entreprises ne réagissent pas aussi vite ni aussi efficacement. «