L'Union européenne a salué mercredi à Vilnius l'engagement de la Chine dans la lutte contre le changement climatique, estimant que ce pays, le plus gros émetteur de carbone, est prêt à coopérer plus étroitement dans cette lutte.

AGENCE FRANCE-PRESSE

L'UE est prête à partager son expérience avec la Chine qui a récemment redoublé d'efforts dans la lutte contre le réchauffement climatique, a assuré la commissaire européenne chargée du climat Connie Hedegaard à l'issue d'une réunion des ministres européens de l'Environnement.

«Nous mettons spécialement l'accent sur la coopération spécifique : que faisons-nous du système d'échange de droits d'émission, comment pouvons-nous aider à le bâtir en Chine», a-t-elle déclaré au cours d'une conférence de presse.

Cette réunion des ministres de l'UE à laquelle participait le négociateur chinois pour le climat, Xie Zhenhua, a été «une étape importante», a estimé de son côté le ministre lituanien de l'Environnement Valentinas Mazuronis.

Xie Zhenhua «a clairement dit que la Chine était prête à coopérer activement et de façon constructive avec les pays de l'UE sur les questions concernant le changement climatique», a souligné M. Mazuronis dont le pays assure actuellement la présidence tournante de l'UE.

La communauté internationale s'est donnée pour objectif de parvenir pendant la conférence de l'ONU prévue à Paris en 2015 à un accord global contraignant tous les pollueurs à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES).

Le marché des quotas d'émissions est le principal instrument financier de la politique climatique de l'UE. Chacun des 12 000 sites industriels se voit allouer un quota annuel et peut acheter de nouveaux permis de polluer.

En avril, les États-Unis et la Chine ont conclu un accord pour mener un effort commun contre le changement climatique, en ciblant plus particulièrement les hydrofluorocarbones (HFC), des gaz industriels.